La décision d'autoriser (ou non) le vaccin Pfizer que doit prendre l'Agence européenne des médicaments pourrait arriver avant Noël. Le gouvernement sait qu'il aura du mal à tenir les objectifs annoncés sur la vaccination d'une dizaine de millions de Français d'ici la fin mars.

Vaccination contre la Covid-19
Vaccination contre la Covid-19 © Getty / Pavlo Gonchar/SOPA Images/LightRocket via Getty Images)

Les yeux se tournent maintenant vers l’Europe continentale

Les Etats-Unis commencent aujourd’hui une campagne de vaccination gigantesque, avec un objectif officiel : 20 millions de vaccinés d’ici la fin du mois, 80% de la population en juin. Le Royaume-Uni a démarré les opérations, le Canada se lance aussi. Et oui, les yeux se tournent vers le Vieux continent.

Jusqu’à présent, l’Agence européenne des médicaments a indiqué qu’elle dira au plus tard le 29 décembre si elle autorise (ou pas) le vaccin de l’Américain Pfizer et de l’Allemand BioNTech. Selon nos informations, cela pourrait être en fait autour du 23 -avant Noël. Si le « go » est donné, l’Agence française des médicaments donnera son aval et tout commencera alors très vite. 

Cet écart entre les décisions des Anglo-saxons et de l’Union européenne est anecdotique s’il permet un examen approfondi et il faut savoir que l’agence européenne se prononce après avoir consulté les 27 agences des différents pays. 

Mais bien sûr les 27 capitales poussent pour accélérer

D’autant plus que le second vaccin, celui de Moderna, sera sans doute approuvé ce jeudi aux Etats-Unis. Mais ensuite, un marathon commencera : il faut produire ces vaccins (en Allemagne et en Belgique pour Pfizer, en Suisse pour Moderna), et il faut les distribuer. Quelle quantité de ces vaccins (s’ils sont autorisés) arriveront en France et quand ? 

Sur le papier et sur tout 2021, la France a droit à 15% de la commande européenne, cela suffirait largement. Mais il est possible qu’il y ait des retards de fabrication et des problèmes de matières premières. 

Alors ? Alors, le gouvernement veut vacciner un million de personnes en janvier, et 14 millions d’ici fin mars. Il confirme que janvier devrait être tenu, mais pas l’objectif de fin mars -et de loin. Olivier Véran, Agnès Pannier-Runacher (ministre de l’Industrie) et Clément Beaune (chargé de l’Europe) s’arrachent les cheveux et y consacrent beaucoup de temps. Tout dépendra aussi des dates d’autorisations des autres vaccins.

… et de l’appétit des Français pour se faire vacciner ….

Oui. Le maximum de transparence doit être assuré. Je n’ai bien sûr aucun avis sur ces vaccins. En revanche, on sait que, pendant les essais, 100 000 personnes ont été vaccinés dans le monde avec les vaccins à ARN Messager et que les publications scientifiques sont disponibles pour le Pfizer et le AstraZeneca. C’est pourquoi les propos de Jean-Luc Mélenchon hier sur BFMTV, affirmant que seules des dépêches AFP sont disponibles, ces propos sont irresponsables – et le mot est faible.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter