L'Insee a décidé de rendre coup pour coup quand son expertise est attaquée, comme elle l'est actuellement par E. Todd et M. Le Pen. La suspicion permanente sur toutes les données dès lors qu'elles proviennent d'organismes officiels est devenue insupportable.

L'Insee et son slogan "mesure" pour comprendre"
L'Insee et son slogan "mesure" pour comprendre" © AFP / Aurore MESENGE

Ces derniers jours, l’Insee a été mis en accusation à plusieurs reprises sur la fiabilité de son travail et -c’est l’élément nouveau-, l’Institut a décidé de réagir. 

C’est l’historien Emmanuel Todd qui attaque dans son dernier ouvrage l’Institut de la statistique sur la prise en compte des dépenses de logement dans l’indice des prix, assurant que les choix méthodologiques (internationaux pourtant), sont faits sous pression politique. 

L’Insee, sur son tout nouveau blog, a alors répondu de façon argumentée. Et dérapage, il y a trois jours, Todd attaque nommément ses dirigeants : Jean-Luc Tavernier, son DG (ancien élève de Polytechnique, ancien dirigeant de l'ENSAE, l'école de la statistique, à la tête de l'Insee depuis 2012 après un passage comme directeur de cabinet d'Eric Woerth à Bercy) et sa secrétaire générale, Karine Berger (ancienne élève de l'X sortie dans le corps de la statistique, qui a été députée socialiste).

Quoi encore ? Hier, Marine Le Pen assure que les chiffres du chômage sont faux, sans dire d’ailleurs en quoi. L’Insee a réexpliqué comment l’indicateur (toujours international) est établi. 

Le patron de l’Insee, Jean-Luc Tavernier, le dit : il en a ras-le-bol

Il a pris la parole lui-même hier soir sur LinkedIn

L’OFCE (dans une interview à L'Opinion) et l’Ecole d’économie de Paris, ciblés par des responsables publics ou sur les réseaux sociaux, ripostent désormais eux-aussi. 

Attention : tous acceptent la discussion, reconnaissent ce que d’autres sources, comme des ONG apportent au débat, mais ils n’en peuvent plus des procès d’intention. De toute évidence, l'Insee commet des erreurs : le rôle des délocalisations en Chine au début des années 2000 sur la désindustrialisation et l'économie a été sous-estimée. 

Mais la remise permanente et systématique de toutes les données économiques par des experts autoproclamés a quelque chose de terrifiant. Les milliers d’économistes de l’Insee font un travail remarquable, il est ridicule de les imaginer soumis au pouvoir politique. 

Au-delà de l’Insee, que cela dit-il ?

Que s’est trop souvent installée (y compris dans certains médias) l’idée que tout ce qui est officiel et public est faux tandis que tout ce qui est prétendument caché est vrai. 

Cela arrive, mais c’est l’exception. 

Après, il faut travailler. Exemple : depuis vingt ans les opposants  à la hausse de l’âge de départ en retraite disent que cela ne sert à rien parce que les travailleurs âgés sont déjà au chômage. La preuve, selon eux ? Entre 60 et 64 ans, une personne sur trois  seulement est en emploi. En fait, c’est parce que la majorité d'entre elles sont en retraite ! Bref, ces experts bidon confondent taux d’emploi et taux de chômage. 

Oui, les vrais experts se rebiffent et ils ont raison.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.