Le chômage recule en France, mais lentement. Pourquoi cette lenteur ?

Le chômage touchait 9,1% des actifs en juin contre 9,2% trois mois plus tôt : vous avez raison, ça ne va vraiment pas vite. A ce rythme, le président Emmanuel Macron a peu de chance de tenir sa promesse d’un taux à 7% en 2022. 

Et ce n’est pas très étonnant, car les entreprises créent peu d’emplois. 

Au deuxième trimestre, le secteur privé a embauché 31.000 salariés. C’est mieux que rien, mais c’est tout de même un rythme trois fois moins rapide que l’an dernier.

Pourquoi ce freinage de l’emploi ?

 Il reflète hélas très précisément ce qui se passe dans l’économie. 

Comme les Français ont un pouvoir d’achat rogné par la hausse des impôts et la flambée des prix de l’essence en début d’année, ils dépensent moins. Et la construction a ralenti après les très nombreux chantiers de 2017. 

Au total, sur la première moitié de 2018, la croissance a été quatre fois moins forte que l’an dernier. 

Pas étonnant donc que l’embauche ait subi un sérieux coup de frein, d’autant plus que les entreprises ont souvent du mal à recruter. Dans l’industrie en particulier, les effectifs diminuent à nouveau après plusieurs mois d’accalmie. 

Les Français sont conscients du problème : ils recommencent à s’inquiéter du chômage alors qu’ils s’étaient peu à peu rassurés sur le sujet depuis trois ans.  

Peut-on espérer une amélioration dans les prochains mois ?

Oui, s’il n’y a pas de choc brutal du type flambée protectionniste ou crise financière. 

La consommation devrait être plus forte, les entreprises vont continuer d’embaucher. Et surtout, les emplois aidés vont repartir. Entre la mi-2017 et la mi-2018, près de 180.000 contrats d’avenir et autres contrats uniques d’insertion avaient disparu. 

Dans la seconde moitié de l’année, un nouveau système va au contraire monter en puissance : les PEC. Ces Parcours Emploi Compétences doivent profiter à 30.000 hommes et femmes parmi les plus éloignés du marché du travail. 

La subvention publique va donc sauver l’emploi en fin d’année. Ça ne pourra pas durer très longtemps. 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.