Difficile de savoir comment se finira la confrontation entre la jeunesse hong-kongaise et le régime chinois. Mais ce qui est sûr, c’est que l’ancienne colonie britannique garde une place prépondérante pour l’économie de la Chine.

Manifestation à Hong Kong
Manifestation à Hong Kong © AFP / Manan VATSYAYANA

Les deux tiers des investissements étrangers en Chine passent par Hong-Kong

Le PIB de la ville ne représente que 3% de celui de la Chine. Mais Hong-Kong est d’abord la principale porte d’entrée des capitaux étrangers en Chine. Quand une entreprise française veut acheter son concurrent chinois, quand elle veut acheter une usine dans le pays, elle passe quasi-obligatoirement par Hong-Kong.

Pourquoi ? Parce que la Chine est un pays extrêmement régulé. Les sorties de capitaux sont contrôlées pour éviter que trop de fonds chinois et étrangers quittent le pays. Ça veut dire que vous ne pouvez pas sortir autant d’argent que vous voulez. Vous êtes limité. Pour un particulier, ce n’est pas très grave mais pour une entreprise, ça devient vite un problème. A Hong-Kong, c’est simple, il n’y a aucune restriction. On comprend ainsi que les entreprises étrangères s’y précipitent. Ça leur permet d’entrer dans un marché de 1,4 milliard de consommateurs.     

Hong-Kong a aussi une importance particulière pour les entreprises chinoises

Une grande partie des sociétés chinoises cotées en Bourse le sont à Hong-Kong. C’est même le premier marché au monde pour les introductions en Bourse. Et c’est la troisième place financière de la planète, derrière New-York et Londres. De plus en plus d’entreprises chinoises créent aussi des entités à Hong-Kong. Là, la raison n’est pas très glorieuse. Elles le font pour pouvoir enregistrer leurs filiales dans des paradis fiscaux. Enfin, le port de Hong-Kong est le cinquième plus grand du monde. Il est stratégique pour les importations chinoises aujourd’hui.  

Un intérêt économique pour les riches Chinois

Beaucoup de dirigeants du parti communiste chinois ont des fonds dans les banques de Hong-Kong. Pour être plus libres d’investir ensuite à l’étranger. Ils ont aussi acheté des appartements luxueux, des entreprises, des commerces. Leurs enfants y font des affaires. Finalement Hong-Kong, ce n’est pas que le symbole de la liberté politique dans un pays autoritaire. C’est aussi le coffre-fort des apparatchiks du PC chinois. A n’en pas douter, Pékin y réfléchira à deux fois avant de s’attaquer à la tirelire de ses amis.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.