Arnaud Montebourg l’a annoncé : il veut s’attaquer aux professions réglementées ou en situation de monopole. Vous avez vu le document sur lequel il s’appuie.

Le ministre de l’économie a cité des cas concrets : huissiers, greffiers des tribunaux de commerce, avocats, auto-écoles. Tout le monde pense aussi aux notaires ou aux pharmaciens. Cette histoire des professions réglementées est sur la table depuis 1960 et le rapport Rueff-Armand. La commission Attali en a reparlé avec les taxis en 2008. Pierre Moscovici, l’ex ministre de Bercy, avait demandé à l’Inspection Générale des Finances un rapport sur le sujet. Mais dès qu’il l’a reçu, il a fait ouh la la et l’a mis dans son coffre-fort ! Eh bien, c’est ce gros rapport que Montebourg a sur son bureau et que dévoile Les Echos. Sa conclusion est courte : 37 professions sont dans une situation de rente, protégées de la concurrence. La meilleure preuve est que leurs bénéfices, leur rentabilité, sont au moins deux fois plus élevés qu’ailleurs dans l’économie.

Ce document donne quelques exemples précis. Quand un professionnel vous vend un produit 100 euros, dans l’économie en général, son bénéfice net est en moyenne de 8 euros. Mais pour les huissiers, c’est 43 euros, les chirurgiens-dentistes 34, les notaires 37... Pour les notaires, leurs tarifs sont proportionnels à la valeur de l’appartement ou de la maison que vous vendez ou de la succession dont ils s’occupent. Résultat : ils gagnent plus que leurs coûts de revient. L’inspection des Finances suggère aussi de supprimer le monopole de vente par les pharmacies des médicaments délivrés sans prescription médicale. Les prix baisseraient si ces médicaments étaient disponibles ailleurs. Une boîte de Doliprane est vendue par un pharmacien deux fois plus cher qu’il ne l’achète. Visés aussi, les ambulanciers, les auto-écoles – trop chers. Est-ce qu’il faut y aller, dans une réforme qui va forcément faire des mécontents ? On a vu ces derniers mois la colère des taxis…Alors, je pense que tous les constats vont être discutés, contestés par les intéressés – c’est normal. Je pense aussi que tous les pouvoirs, jusqu’à maintenant, ont calé. On verra celui-ci. Mais le fait que plus il y a de réglementations, plus la rentabilité progresse est anormal. Un greffier d’un tribunal de commerce gagne plus de 10.000 euros par mois ! Quelles solutions ? On peut supprimer des monopoles. On peut obtenir des baisses de tarifs. Au total, l’IGF estime que la concurrence permettrait de faire baisser les prix de 10 à 20% - ce n’est pas cela qui va relancer l’économie, mais ce n’est pas rien. Montebourg promet de nous redonner 6 milliards d'euros en pouvoir d'achat. Ce qui est amusant est que c’est la gauche qui pousse à la roue de la concurrence alors qu’on attend plutôt cela de la droite. Peut-être parce qu’un certain nombre de ces professions votent à droite !

Au total, le jeu en vaut la chandelle ? Oui. Selon Sénèque (seconde culturelle !), « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire. C’est parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles ». On verra qui ose.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.