Comme Canal Plus en France, le géant américain de la vidéo Netflix, qui compte plus d’abonnés en France que la chaîne cryptée, encaisse des coups durs. Que se passe-t-il ?

Netflix
Netflix © Getty / Chesnot

C’est tout simple : le champion mondial de la série télé est locataire et non propriétaire de ses plus grands succès. Netflix loue par exemple la célèbre série « Friends » au studio Warner. Il a payé 100 millions de dollars pour la diffuser en 2019. Mais en 2020, ciao les amis : Warner récupère sa série vedette pour lancer son propre service de streaming, sa plateforme de vidéo à la demande. 

Et Warner n’est pas le seul : NBC avait annoncé le mois dernier qu’il récupérait sa sitcom « The Office », très populaire aux Etats-Unis, exactement pour la même raison. Et Disney peaufine aussi son offre. 

Mais pourquoi donc ces studios avaient-ils accepté de louer leurs joyaux à Netflix ? 

Au début, Netflix était tout petit. À quoi bon se méfier il y a dix ans d’un ancien loueur de cassettes vidéos qui proposait quelques millions de dollars pour emprunter des séries déjà bien amorties ? Trop contents de gagner de l’argent sans rien faire, les grands studios avaient accepté de bon cœur. 

Sauf que le petit inconnu est devenu leur plus grand concurrent, avec 150 millions d’abonnés, dont 60 millions aux Etats-Unis et 5 millions en France. Derrière, c’est toute une industrie qui se réorganise. Avant, elle décidait quel jour et à quelle heure le consommateur pouvait voir ses œuvres. 

Aujourd’hui, le consommateur organise son temps comme bon lui semble. 

La multiplication des plateformes va-t-elle couler Netflix ? 

Pas si sûr. La firme fondée par Reed Hastings avait prévu le coup. Elle investit des fortunes dans ses propres séries, comme The Crown, Narcos ou Stranger Things, avec des épisodes qui peuvent coûter chacun plus de 10 millions de dollars. 

Cette année, Netflix aura dépensé 15 milliards de dollars pour produire des programmes. Ses efforts font monter sa dette. C’est un formidable pari.

Le consommateur est-il gagnant ? 

Là non plus, rien n’est sûr. 

Aujourd’hui, il y a une offre très variée de séries sur Netflix pour 8€ / mois. Demain, quand il voudra une palette aussi large, il devra payer plusieurs abonnements. Les passionnés de foot connaissent bien ça : avant, ils s’abonnaient à Canal +. Maintenant, pour voir les mêmes matchs, ils doivent s’offrir trois abonnements. 

Dans certains cas, la concurrence amène à payer plus cher et non pas moins cher

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.