François Hollande a confirmé hier au quotidien Sud-Ouest que l’impôt sur le revenu sera prélevé à la source.

Je le cite : « ce sera engagé dès 2016 pour être pleinement appliqué en 2018 ». Rappelons-le, la retenue à la source, c’est le prélèvement de l’impôt directement sur la feuille de paie ou de pension. Pour être honnête, on a envie de dire cette chronique en souriant tant la ficelle politique de cette annonce est grosse - elle est sympathique tant elle est grosse. Car ce qu’il faut regarder, ce sont les arrière-pensées. Il y en a je crois trois. Primo : en lançant cette idée, le gouvernement veut changer la couleur fiscale du quinquennat, jusqu’à maintenant associé à des hausses d’impôt. Quoi de mieux qu’un débat forcément passionnel sur une réforme de fond ? Deuxio : cette affaire de retenue à la source va occuper l’automne et la discussion du budget 2016. Cela peut ressouder les rangs de la gauche, favorable à la retenue à la source, contre la droite qui va suspecter une réforme cachée : la fusion à terme de l’impôt sur le revenu et de la CSG dont la retenue à la source serait le préalable. Voilà la ruse : sans le dire, François Hollande promet à la gauche une plus grande progressivité de l’impôt s’il était réélu en 2017.

Et la troisième arrière-pensée ?

Tertio : l’installation de la retenue à la source ne va-t-elle pas aboutir à un cadeau fiscal psychologique à tous les contribuables ? Accrochez-vous. Imaginons -c’est l’idée de la Fondation Terra Nova- que l’on prélève à partir de janvier 2016 un peu d’impôt directement sur votre salaire (par exemple 15% de votre impôt total habituel) au titre de votre revenu 2016 ; mais sur vos revenus 2015, on ne vous prend que 85% de ce que vous devez. L’année suivante, on bascule un peu plus. En 2018, tout est prélevé sur les revenus de 2018. Je traduis : l’Etat, en passant d’une taxation de l’année n-1 à l’année n vous a fait cadeau chaque année d’un bout d’IR qu’il ne prélèvera jamais. Il a renoncé à une créance sur vous. Alors, pas de miracle, concrètement, cela ne change quelque chose qu’à la fin de votre vie ou si vous avez une grosse chute de revenus d’une année sur l’autre ou si vous êtes un malin qui sait s’organiser. Mais psychologiquement, sur une vie, vous êtes gagnant.

En attendant, les anti-réformes alignent beaucoup d’arguments.

Oui, ils disent que ce sera du travail supplémentaire pour les entreprises qui n’en ont pas besoin. Ils ont raison. Ils disent que rendre l’impôt sur le revenu un peu plus indolore est dangereux dans un pays où les politiques ont la fiscalité aigüe dès l’ENA. Ils disent que les trois quarts des contribuables ont choisi le prélèvement mensuel qui n’est pas très différent de la retenue à la source. Ils disent que le but caché est la suppression du quotient familial et la fusion avec la CSG. Mais ils disent aussi que cette réforme est techniquement impossible. Ça, c’est idiot parce que la plupart des pays l’appliquent.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.