Vous avez épluché les documents budgétaires et vous savez si François Hollande sera candidat !

François Hollande sur le perron du Palais de l'Elysée
François Hollande sur le perron du Palais de l'Elysée © Getty / Chesnot

Vous allez voir, c’est un poil survendu mais c’est vrai que le budget de l’Elysée pour 2017 a été voté hier par les députés et on y trouve des petites choses intéressantes. D’abord, François Hollande mérite d’être salué parce qu’il a inversé la courbe des dépenses de l’Elysée. Depuis 2014, la dotation est bloquée à 100 millions, plus bas qu’auparavant. Le nombre de personnels a diminué, prouvant qu’on peut ne pas remplacer tous les départs à la retraite. Donc, bravo. Ce qui est amusant, c’est que l’Elysée prévoit néanmoins une (légère) hausse des dépenses de fonctionnement l’an prochain, et l’explique par, je cite, la spécificité d’une année électorale -ah ah !- et, je recite, l’activité intense à l’Elysée au cours de cette période -re ha ha. Dans le détail, c’est notamment le budget affranchissement du courrier qui gonfle un peu. C’est clair : il sera candidat et il a tout prévu, y compris du courrier électoral. Le député qui commente ce budget se dit d’ailleurs, à moitié sérieusement je pense parce que les évolutions sont minimes, troublé et rappelle le principe de la muraille de chine entre présidence et campagne.

Vous avez l’air sûr de vous ?

Pas tant que ça en fait. Le projet de budget a été défini l’été dernier et il s’est passé beaucoup de choses depuis. Ensuite, il y a un indicateur qui va dans l’autre sens. Le budget « déplacements présidentiels » ne bouge pas d’iota pour 2017. En tous cas s’il est candidat, ce sera sur un autre budget.

Quelques détails amusants dans ce budget ?

C’est en mars 2014 que François Hollande a pris le train pour la dernière fois, c’était pour aller à Bruxelles. Bordeaux, Marseille ou Strasbourg, c’est désormais toujours l’avion, et pas le TGV. C’est plus cher mais pour des raisons de sécurité c’est logique. Quand même : vous vous souvenez qu’il avait promis de moins utiliser l’avion pour se différencier de Sarkozy. Le député rapporteur souligne malicieusement aussi que la rémunération mensuelle du coiffeur du président représente les deux tiers du salaire du président, 15.000 euros. Enfin, aucun scooter n’est affecté au président, mais son cabinet peut lui en prêter deux s’il le veut. Bon, avec tout ça, on attend toujours la décision du chef de l’Etat !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.