L'Agence Internationale de l'Energie (AIE) tacle le rôle des SUV dans les émissions de gaz à effet de serre. Ils annulent l'effet positif des véhicules électriques.

La mode des SUV pose-t-elle un problème ?
La mode des SUV pose-t-elle un problème ? © Getty / Douglas Sacha

Ces experts tout à fait officiels ne sont pas des petits rigolos - ce sont plutôt des hommes et femmes en gris - et l’alerte lancée cette semaine mérite qu’on la regarde - alerte repérée par mon confrère des Echos Vincent Collen. Les SUV, qui sont les 4X4 urbains plus lourds et hauts que les voitures classiques, ces SUV représentent désormais 40% des ventes mondiales de voitures, un tiers en Europe. Il y a des discussions de spécialistes sur la définition des SUV, mais ils consomment 25% de carburant supplémentaire que les plus petites voitures habituelles.

Que dit l'AIE ?

L’AIE indique que si la mode des SUV se poursuit, elle annulera une bonne partie de la réduction des émissions de CO2 promise par l’essor du véhicule électrique. Depuis dix ans, l’effet négatif des SUV a déjà été cinq fois plus important que l’effet positif de l’électrique. Alors, évidemment, les constructeurs automobiles n’ont pas du tout apprécié cette charge. Voici leur réponse : la réglementation européenne nous impose de réduire drastiquement nos émissions de CO2 d’ici 2021 et tous nous le ferons. 

C’est vrai, sauf que les Allemands ont glissé une petite astuce : les constructeurs qui vendent les voitures les plus lourdes ont leurs propres objectifs de baisse des émissions. Dit autrement, des progrès techniques sont faits et vont être faits mais le secteur automobile a quand même intérêt à vendre plus de SUV, là où les marges sont plus fortes. 

Qui est responsable ?

Question passionnante ! Sont-ce les automobilistes qui achètent ? Les constructeurs qui leur proposent ? La réglementation qui a des trous ? Faut-il interdire la publicité pour les SUV, comme le défend le député Mathieu Orphelin ? Mais au fond les SUV posent-ils vraiment un problème, les améliorations des moteurs thermiques apporteront peut-être la solution, ou encore l’électrification des SUV eux-mêmes ? Ce qui est certain est qu'actuellement les SUV polluent davantage que les autres véhicules. Et l’on voit bien toutes nos contradictions intimes. Nous sommes horrifiés par les sacs en plastique, mais nous regardons des vidéos sur des smartphones voraces en énergie. Nous ne jurons que par le bio mais achetons des voitures polluantes. Certains ont des lombricomposteurs dans leur cuisine mais prennent l’avion pour un oui ou un non. "On nous inflige des désirs qui nous affligent", chante Alain Souchon. Voilà pour le présent. 

Et l’avenir ? 

Il y a actuellement plus de un milliard de voitures individuelles sur les routes, 50% de plus qu’il y a dix ans, et l'AIE  en attend deux milliards en 2040 parce que les pays émergent émergent. On n’a donc pas fini d’en parler.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.