Ce matin : la fusée Amazon.

Oui, c'est incroyable : Amazon est devenu en quelques années une marque, un service, parmi les plus connus au monde et les classements internationaux confirment aujourd'hui que ce ressenti correspond à une réalité. Selon l’étude annuelle de référence du cabinet Deloitte, Amazon s’est hissé au 6 ème rang mondial de la distribution si l’on regarde les données définitives de 2016. Mais si l’on tient compte d’une grosse opération de rachat conduite l’an dernier, en 2017, Amazon est probablement désormais le numéro deux mondial du commerce. Le numéro 2 ! En 2000, ce n'est pas si loin quand même l’entreprise n’était que 186ème. 

Ce qui est intéressant est à la fois cette fulgurance et le fait qu’Amazon est la seule entreprise en ligne qui a percé à ce point. Parmi les dix premiers mondiaux de la distribution, c'est le seul commerçant en ligne. Le numéro un mondial reste l’américain WalMart et ses dizaines de milliers de magasins en dur, mais -attention- qui vient de s’allier à Google pour contrer, justement, Amazon. 

Alors pourquoi cette réussite ? Il y a l’épaisseur du catalogue (Amazon vend de tout y compris de l’alimentaire frais) et la rapidité des livraisons. Il y a aussi des innovations, comme Prime, le service de livraison illimitée, un système de forfait à l'année, qui a porté 5 milliards de colis dans le monde à ses abonnés en 2017. 

En fait, Amazon affole le monde entier parce que c’est le 1er géant numérique qui prend la place d’autres activités, en l’occurrence les magasins -ce n'est le cas ni de Google ni de Facebook. Bien sûr, on se pose des questions sur le bilan écologique de ces livraisons par camionnette partout en France parfois pour un seul colis dans un gros carton ... 

Et qu’en est-il des distributeurs français ?

Ils sont inquiets. Dans ce classement, Carrefour, un temps numéro 2 mondial, n’est plus que 9ème. Mais bon dans les vingt-cinq premiers, on trouve Auchan, Casino, Leclerc et un plus bas Intermarché, LVMH et Système U -c'est pas mal. 

En réalité, tout le défi de ces enseignes est d’articuler le commerce physique et le commerce en ligne. Darty, la FNAC et les autres s’y mettent mais c’est au fond Monoprix qui a innové le plus : depuis un mois, on peut faire ses courses avec un téléphone en utilisant Google Home, un assistant vocal doté d’intelligence artificielle qui reconnaît nos habitudes et fait des propositions. 

C’est bien une vraie course de vitesse qui s’engage entre Amazon, puissance mondiale en expansion, et la France, qui a inventé la grande distribution.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.