Le bilan annuel de la démographie française a été publié lundi. Au-delà de la baisse de la natalité, il confirme l'augmentation de la population française. Problème : ce sont essentiellement des retraités, ce qui veut dire que la charge financière pesant sur les actifs est de plus en plus importante.

 Les Français travaillent en moyenne 630 heures par an, quatre mois et demi. Il ne s’agit pas du temps travaillé par ceux qui ont un emploi, mais par tous et dans le pays
Les Français travaillent en moyenne 630 heures par an, quatre mois et demi. Il ne s’agit pas du temps travaillé par ceux qui ont un emploi, mais par tous et dans le pays © Getty

Le bilan démographique 2018 publié lundi par l'Insee est intéressant parce qu’il illustre les forces et les faiblesses de notre pays. 

Parmi les forces, par exemple une espérance de vie plus élevée qu’ailleurs. Grâce à l’énorme implication des acteurs du système de santé, les filles qui naissent aujourd’hui vivront en moyenne au moins 85 ans et plus encore si on fait des progrès médicaux, c’est une 2ème place européenne, et les hommes plus de 79 ans. 

En revanche, le nombre de naissances recule pour la quatrième année consécutive, avec un taux de fécondité qui baisse aussi. Il y a plusieurs facteurs, mais le recul des aides natalistes a sans doute joué. Pour financer la solidarité verticale (entre pauvres et riches), on a rogné la solidarité horizontale (entre ceux qui ont ou n'ont pas d'enfants). La redistribution sociale a peut-être trop pris le pas sur la redistribution familiale. Mais bon la natalité reste quand même bonne. 

De tout cela, que résulte-t-il ? Il résulte une hausse du nombre de Français. De 60 millions en 2000 à 67 millions aujourd’hui -c’est beaucoup. 

Mais qui sont ces sept millions de Français supplémentaires ? Eh bien, la réponse est simple : ce sont d’abord des retraités, à hauteur des deux tiers. Cela veut dire que la charge de faire tourner le pays, de financer ses services collectifs, repose sur des épaules moins nombreuses, relativement, qu’il y a une quinzaine d’années.  

Un autre indicateur va même plus loin ... 

Cet indicateur (de l'OCDE) est plus concret. Les Français travaillent en moyenne 630 heures par an, quatre mois et demi. Il ne s’agit pas du temps travaillé par ceux qui ont un emploi, moi, vous, mais dans le pays : on additionne toutes les heures travaillées et on les divise par la population, y compris enfants et retraités. La France est donc à 630 heures, l’Allemagne à 722, les Etats-Unis à 826 et la Corée à 1.064 ! 

Explication : chez nous, il y a plus de chômage, on commence à travailler plus tard, on finit plus tôt et on est à 35 heures. 

Traduction : chaque actif ici fait vivre deux personnes, une qui ne travaille pas encore, et une qui ne travaille plus. Du coup, les actifs sont très productifs, mais ils en ont trop sur les épaules, du coup ils ne peuvent pas tout financer, donc on a des déficits. 

Conclusion : globalement le pays ne travaille pas assez pour le niveau de vie qu'il promet ou, pour être plus précis, il n'y a pas suffisamment de personnes qui travaillent. 

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.