La nouvelle génération de téléphonie mobile, va bientôt arriver en France. Le gendarme des télécoms, qui s’appelle l’Arcep, a publié hier son cahier des charges. D’abord, pourquoi est-ce important ?

La 5G arrive en France
La 5G arrive en France © Getty / Bronek Kaminski

La téléphonie mobile est une technologie majeure, qui a davantage changé nos vies quotidiennes depuis vingt ans que n’importe quel autre outil. D’abord en nous apportant le téléphone sans fil. Ensuite, la 3G nous a ouvert l’accès à Internet. La 4G a facilité l'accès à la vidéo. La 5G, elle, supprime quelques millisecondes d’attente. Ça peut paraître dérisoire, mais c’est essentiel pour permettre la chirurgie à distance, ou la conduite autonome d’une voiture, ou l’usage d’un casque de réalité virtuelle sans être pris d’une terrible envie de vomir. Si beaucoup d’usages restent à imaginer, les experts croient cependant savoir que ça servira encore plus aux entreprises qu’aux particuliers.

Qu’y a-t-il donc d’important dans le cahier des charges de l’Arcep ?

Difficile de résumer en deux mots cinquante pages qui s’adressent d’abord aux opérateurs de télécom, qui vont acheter aux enchères les fréquences par lesquelles passera la 5G. 

Mais on peut tout de même retenir deux idées

D’abord, c’est organisé pour que les quatre opérateurs français, Orange, Bouygues, SFR et Free puissent acheter chacun le même ticket d’entrée dans la 5G. Ils pourront ensuite améliorer leur offre en achetant aux enchères des fréquences supplémentaires. Ça paraît plutôt malin, même si l’Etat en tirera moins d’argent que les 6 milliards d’euros engrangés en Allemagne ou en Italie. 

Ensuite, la pression est forte pour que les opérateurs n’oublient pas la campagne dans leurs équipements, comme ils ont eu un peu trop tendance à le faire pour la 4G. C’est essentiel pour tous les industriels qui ont eu la fâcheuse idée de ne pas mettre leurs usines en ville. C’est important aussi pour les particuliers des territoires ruraux. Le « G » de la 5G veut dire « Génération », mais il pourrait signifier également « Gilets jaunes ».

La 5G est plutôt bien partie en France…

Le lancement paraît bien conçu, la fusée ne devrait pas exploser en vol. Avec cependant trois réserves. 

D’abord, la France part très tard. L’Amérique et la Chine ont déjà des longueurs d’avance, et ça risque de compter pour la compétitivité de leurs entreprises. 

Ensuite, tout le matériel est étranger. Ce qui pose un certain nombre de questions, comme on l’a vu avec le matériel du chinois Huawei.

Enfin, la 5G est en devenir. Il faudra s’adapter à ce qu’elle devient. Or ce n’est pas dans l’adaptation que les autorités françaises sont les plus performantes. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.