Les gilets jaunes vont donc mobiliser demain dans toute la France. Personne ne peut (ne veut) aventurer un pronostic sur leur succès ou leur échec. Mais il y a beaucoup d'irrationnel. Partout.

Où est l'irrationnel dans le mouvement des Gilets Jaunes ?
Où est l'irrationnel dans le mouvement des Gilets Jaunes ? © AFP / PHILIPPE HUGUEN

Bien sûr, personne ne peut prévoir l’ampleur du mouvement, les médias encore moins que les autres : depuis le référendum européen de 2005, les médias sont tellement accusés d’être coupés du pays « réel » qu’ils se gardent de minimiser les mouvements sociaux, ils les encourageraient plutôt implicitement par crainte de passer à côté du "grand soir". Du coup, 1789, 1953 (le poujadisme), 1968, 1995 (les grèves contre la réforme des retraites), les Bonnets rouges (contre l'écotaxe en Bretagne), Nuit Debout ou tout simplement ... un grand pschitt, on entend tout sur ce qui peut se passer. 

Rendez-vous donc demain soir, on verra. 

En revanche, on peut déjà dire que ce feuilleton des gilets jaunes fait le plein de mauvaise foi, de tous côtés.  

Et d’abord le gouvernement … 

Sa volonté de renchérir le coût des carburants pour infléchir les comportements est honorable et fondée. Mais c'est quand même déjà compliqué là où il n'y a pas d’alternative de transport : où est le plan d'investissements ? Surtout les pouvoirs publics seraient plus crédibles si les impôts et les taxes en général, 45% du PIB, un record, n’avaient pas atteint le seuil du débordement, du ras le bol. 

L'Etat  serait aussi plus crédible s’il n’avait pas encouragé le diesel avant de le diaboliser. 

Enfin, les Français qui n’ont plus le droit de faire du feu nulle part comprennent mal pourquoi on veut encourager les chaudières au bois, même biomasse. 

Les gilets jaunes sont-ils aussi de mauvaise foi ? 

Sur le prix des carburants, c’est indéniable. Les prix sont moins élevés qu’en 2012, et depuis les revenus ont progressé. 

Ensuite, on entend en boucle que les aides à la conversion pour acquérir un véhicule récent sont ridicules par rapport au prix d’un véhicule électrique ou hybride. Mais ce n'est pas vrai quand il est possible, comme cela a été annoncé, d’avoir jusqu’à 5.000 euros pour acheter une voiture d’occasion. Jamais autant n’avait été mis sur la table. 

Ou on entend des jeunes conducteurs se plaindre de la hausse de la CSG qui ne les concerne pas. 

Et on n'oublie pas certains écologistes ... 

Pascal Canfin, patron de WWF France, a courageusement salué le fait que le gouvernement tienne bon sur la taxe carbone. Yannick Jadot, future tête de liste verte aux européennes, va dans le même sens. C’est plus cohérent et rationnel que LR, le  PS ou les Insoumis, qui soufflent sur les braises et ont changé littéralement de pied. 

Mais les écologistes devront, eux, dire si la lutte contre le réchauffement passe avant leur combat historique contre le nucléaire, grâce auquel les émissions de CO2 par habitant sont aujourd’hui plus faibles en France que presque partout ailleurs alors que les renouvelables restent -hélas- intermittents. 

Au total, on ne sait pas si les gilets jaunes vont bloquer le pays, mais ils ne sont pas les seuls, au-delà de leur colère bien réelle, à flirter avec l'irrationnel.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.