Ce matin : les paris de Vincent Bolloré pour l'avenir de Canal +.

Le patron de Vivendi, qui est la maison-mère de Canal +, a fait quelques confidences aux Echos . Et la première est une confirmation qui intéressera les téléspectateurs : à la rentrée, il y aura moins de programmes gratuits accessibles à tous sur Canal. Le basculement vers la partie cryptée va s'intensifier. « Le Tube », « Le supplément », et l'émission hebdomadaire de Thierry Ardisson pourraient quitter le clair. Aujourd'hui, il y a cinq heures en clair par semaine -dont le Grand et le Petit Journal-, et six heures le week-end. C'est déjà moins que l'an dernier, cela va donc continuer. Certaines émissions pourraient être transférées vers D8, la chaîne TNT du groupe.

Pourquoi ce changement ?

On parle beaucoup des choix éditoriaux de Vincent Bolloré pour Canal -et c'est normal. Mais cela occulte le problème économique de Canal. Un modèle qui ne fonctionne plus, à tel point que les pertes des six chaînes françaises du groupe à abonnement dépassent plusieurs centaines de millions d'euros. Pourquoi ? Entre les nouveaux contenus offerts par la TNT et l'arrivée d'acteurs comme Netflix ou BeIn Sports, l'univers concurrentiel de Canal+ a été bouleversé. Les abonnés partent parce qu'ils ne veulent plus forcément dépenser une quarantaine d'euros par mois pour voir ce qu'ils peuvent voir ailleurs tandis que les coûts de production et d'achats de droits ont explosé. Et jusqu'à maintenant, les émissions en clair étaient des vitrines pour recruter des abonnés. Ça ne marche plus, les audiences reculent. Du coup, la stratégie est de rendre payant l'accès aux meilleures émissions. Pour exporter davantage, l'idée est sans doute de mettre la pédale douce sur tout ce qui touche à la politique. C'est un virage fondamental pour Canal.

L'autre pari, c'est le rapprochement avec BeIn Sports ?

Vivendi attend l'autorisation de l'Autorité de la concurrence pour être le distributeur exclusif de BeIn Sports en France, la chaîne sportive quatarie. Pour enrichir les contenus du groupe Canal à côté d'Eurosport et d'augmenter le nombre de clients. Honnêtement, ces paris ne sont pas sûrs d'etre gagnés, mais ils sont tentés.

Une dernière information qui concerne Itele ?

Oui, Itele, contrairement à certaines rumeurs, n'est pas à vendre.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.