Ce matin, vous hésitez entre l'accablement et le fou-rire pour commenter la nouvelle invention du gouvernement pour faire passer la pilule de la retenue à la source.

Peut-être en réalité devrais-je m’abstenir de cet édito pour laisser Charline en parler mieux que moi ! 

De quoi s’agit-il ? Le gouvernement a confirmé le passage au prélèvement à la source pour l’impôt sur le revenu à partir du 1er janvier 2019. Cette réforme pose des tas de questions, son intérêt ne saute pas aux yeux, mais c’est lancé. Le problème est que les contribuables redevables de l’impôt, notamment les salariés, constateront en fin de chaque mois une baisse de leur revenu net versé par les employeurs. 

D’où la peur, dans les rangs gouvernementaux, d’un effet psychologique. Et voilà que du coup, des petits génies de trois ministères, peut-être même les ministres, ont eu une idée formidable : écrivons en PLUS GROS et PLUS GRAS sur les bulletins de salaire le montant du salaire avant l’impôt !  Cela donne l’arrêté du 9 mai publié au JO, je cite :

Pour la composition de la mention net à payer avant impôt sur le revenu, il faudra un corps de caractère dont le nombre est au moins égal à une fois et demi le nombre de points de caractères utilisé pour la composition des autres lignes.

En clair, si le bulletin est imprimé en Arial 14, la ligne dont on parle sera en Arial 19. Génial, vous dis-je.

Vous vous gaussez, mais qu’est-ce que cela dit ?

Un, nous sommes en absurdie. L’Etat décide de la taille des bulletins de paie. 

Deux, ce gouvernement a si peu confiance dans sa réforme qu’il met des airbags pour qu’elle fasse moins mal. Peut-être sont-ce les entreprises qui lui ont demandé cela, parce qu’elles craignent des revendications salariales. 

Trois, on prend les contribuables pour des demeurés (et ce n'est pas le mot qui vient spontanément à l'esprit). Ils regardent davantage leurs comptes en banque que leurs bulletins de salaire, et on sait tous qu’aujourd’hui, le revenu versé le 30 est amputé vers le 15 de l’impôt (pour ceux qui en paient).

On plaisante mais en réalité, il faut bien comprendre que l’effet le plus fort de la retenue à la source sera ailleurs : chacun découvrira, en voyant la taille de l’écart entre son revenu super-brut (avec toutes les cotisations sociales patronales et salariales) et son revenu super net (après impôt), chacun découvrira l’importance des prélèvements – ou dit autrement de la redistribution et de la solidarité.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.