Ce matin : le tiers payant, symbole de certains dysfonctionnements de notre système social.

Oui, le projet de loi Santé de Marisol Touraine sera examiné à partir d’aujourd’hui en commission à l’Assemblée. L’affaire du tiers payant -affaire puisqu’on a vu dimanche quelles résistances il suscite chez les médecins- est vraiment un gâchis dont on aurait pu faire l’économie. Le tiers-payant (le fait pour le patient de ne plus sortir son chéquier ou sa carte bleue dans le cabinet médical) - le tiers payant est une idée au départ logique et bienvenue. De la simplicité pour le patient, plus d’avance à faire, et des branchements informatiques pour que le médecin soit directement payé par l’assurance maladie et les mutuelles. Rien de bien insurmontable. D’autant plus que 35% des consultations chez les généralistes, 42% chez les spécialistes fonctionnent déjà en tiers payant. Il s’agit des Français qui bénéficient de la couverture universelle, la CMU, et d’une partie de ceux qui sont en affection de longue durée comme les cancers. Pour eux, pas d’avance. Alors, pourquoi cette colère des professionnels ? Parce que Marisol Touraine et assurance maladie ont été incapables de leur dire, avant de bomber le torse avec la date de la généralisation, comment le système va fonctionner avec les quelques cinq cents mutuelles complémentaires. Là où c’est nettement plus compliqué. Du coup chaque médecin se demande quand et comment il va récupérer ce qui lui est dû dans ce pataquès administratif. Bref, le gouvernement et le pouvoir administratif ont fait l’annonce politique avant de se mettre au travail pour présenter un dispositif abouti et rassurant. Erreur de calendrier, erreur de méthode. Au final, les médecins ont perdu la bataille sur le principe du tiers payant (il s’applique presque partout en Europe et il n’augmente pas la consommation médicale). Mais concrètement, on peut prendre le pari qu’il ne s’appliquera pas pour tous les Français en 2017.

Au-delà, cet épisode révèle notre rapport étrange à la santé.

Double étrangeté. Je vais vous parler d’une expérience personnelle. Je suis allé samedi chez le coiffeur = 24 euros pour seize minutes. Je suis allé ensuite chez mon généraliste = 23 euros pour seize minutes, j’ai chronométré (une coïncidence). Expérience troublante. Les deux métiers ont évidemment une importance sociale, mais dans le second cas, il y a sept années d’études. Etrange pays qui rémunère ainsi ses médecins ! On comprend leur ressenti. Et en même temps, deuxième curiosité, on a tendance à oublier -et les médecins aussi- que la France est le troisième pays développé pour les moyens qu’elle consacre à sa santé – troisième sur 34, après les Etats-Unis et les Pays-Bas. C’est un gâchis de ne pas arriver à se mettre d’accord autour d’une table pour le faire bien fonctionner.

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.