Ce matin : l’agenda économique de François Hollande.

Oui, mais je précise : l’agenda au sens propre, au sens de l’emploi du temps. On parle beaucoup depuis quelques jours du temps consacré par François Hollande à recevoir ceux, les journalistes, qui écrivent ou vont écrire des livres sur lui. Manifestement, ce sont des centaines d’heures. Et du coup, depuis la semaine dernière, on entend des grognements, des chuintements, -en off, pas publics- de la part de ministres, de députés de la majorité, qui auraient aimé, eux aussi, voir davantage le président. Et dans une chronique économique, on se demande logiquement si François Hollande a beaucoup pris le temps de voir et recevoir ceux qui s’occupent d’économie, les acteurs économiques. Eh bien, cela dépend. Alors, pas de problème pour le ministre de l’Economie, Michel Sapin, qui, lui a un rendez-vous hebdomadaire à l’Elysée et qui est un de ses proches amis. Donc pas de frustration. Du côté des dirigeants syndicaux, impossible d’avoir le décompte exact des rencontres. Mais cela n’a pas été fréquent. Le patron du Medef, lui, l’a rencontré une petite dizaine de fois en trois ans, ce qui fait une fois tous les trois mois – rien d’extraordinaire.

Cela se gâte avec les experts économiques.

François Hollande n’aurait jamais rencontré dans un cadre restreint la majorité des grands directeurs des administrations économiques de l’Etat, de Bercy ou d’ailleurs, chargés du Budget, des Entreprises, etc. Ainsi, c’est assez surprenant, il n’aurait jamais été présenté, discuté, avec le patron de l’Insee. L’Insee qui est quand même chargé de l’évaluation de la situation économique et de l’information économique en France. Impossible de vérifier auprès du directeur de l’Insee lui-même, mais cela semble assez sûr. En revanche, le président a vu le patron de Pôle Emploi six ou sept fois pendant le quinquennat, dont une visite au siège de l’organisme en février dernier. C’est un peu plus. Il a en revanche vu plus souvent le directeur du Trésor pour des raisons européennes.

Cela étant, le président est informé par ses ministres et son cabinet… ?!

Oui, vous voulez dire que la critique est facile. Et c’est vrai que François Hollande travaille beaucoup -personne ne dit le contraire- et on ne peut lui reprocher de ne pas s’être occupé d’économie. Mais, dans un pays quasi-monarchique, où tout remonte tout en haut, on est obligé de constater que l’agenda présidentiel se libère à géométrie variable.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.