Ce matin, vous êtes loin du remaniement, vous nous dites que c’est le moment d’acheter ?!

C’est un marronnier mais c’est vrai que l’on assiste sur le marché immobilier à quelque chose d’exceptionnel – que l’on a appris hier. Les taux des crédits immobiliers sont si bas qu’ils sont à un niveau que l’on n’a pas connu depuis … 1973. Le mois dernier, on empruntait en France à 1,43% hors assurances pour acheter un logement et compte tenu de l’évolution des prix, effectivement, ce que l’on appelle les taux réels sont riquiqui et même en dessous de zéro. 

Encore deux chiffres, après on arrête. En dix ans, le coût des crédits a été divisé par trois, avec une même mensualité, vous empruntiez 150.000 euros en 2008, aujourd’hui plus de 200.000 euros. 

Pourquoi est-ce intéressant, en dehors de se réjouir pour tous nos auditeurs qui ont eu ou ont un projet immobilier ? Parce qu’il y a deux explications. 

- La première est le succès de l’euro et de la banque centrale européenne, bientôt vingt ans après sa naissance. 

- La seconde est que l’on constate que la concurrence entre les banques joue à fond et au bénéfice du consommateur. 

Bien sûr, cela fait des années que l’on dit que les taux vont finir par remonter et cela va finir par être vrai. 

Bien sûr, les taux bas nourrissent la hausse des prix des logements. 

Mais en attendant, ils sont au plus bas depuis, donc, 45 ans.

Mais cela ne fait pas une politique du logement.

Voilà. Le projet de loi sur le logement du gouvernement a été voté définitivement au Parlement hier, mais c’est vrai que l’on a du mal à avoir une idée claire de ce qu’il changera – ou pas. Va-t-il dégager des terrains pour construire davantage et baisser les prix ? L’allégement des recours et des procédures, en clair une certaine libéralisation, va-t-il faciliter les choses ? Y aura-t-il plus de logements sociaux abordables ? 

Il y a énormément de mesures, il n’y en a aucune qui marque franchement les esprits de ceux qui veulent se loger , c’est peut-être le problème. La seule certitude est que ces derniers mois la construction a ralenti, peut-être par attentisme ou parce que les aides fiscales baissent. Mais ce n’est pas sûr. 

J’aimerais à ce stade vous donner un avis tranché, définitif -je suis payé pour cela- mais c’est impossible. Vraiment, vous m’en voyez confus !!!

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.