Les Echos publient ce matin un sondage sur les économies que sont prêts à faire les Français dans les dépenses de l’Etat. C’est un sondage qui montre le chemin parcouru en quelques années par l’opinion publique sur ce sujet oh combien politique et polémique. Le premier enseignement de cette enquête BVA-Aviva est extraordinairement simple. Une majorité de Français approuve les quinze milliards d’économies annoncés par le gouvernement dans le budget 2014. Moins d’un sur quatre juge ce montant excessif (ce n’est pas beaucoup), près d’un sur trois suffisant, et 44% insuffisant. Au total donc, la grande majorité dit OK on les fait voire allons plus loin. Dans le détail du décryptage droite-gauche, la droite trouve que 15 milliards, ce n’est pas assez. Et la gauche dit, c’est suffisant. Mais on ne dit pas ou peu, à gauche, c’est trop.

Mais le plus intéressant c’est de voir quelles économies concrètes les Français sont prêts à faire dans l’avenir. C’est la question à un euro. Tout le monde est d’accord pour les économies, mais il n’y a plus personne dès que l’on parle de mesures précises. Eh bien, le sondage montre cette fois-ci autre chose. Des pistes précises reçoivent la mention lu et approuvé par une majorité de Français. Trois mesures séduisent une majorité des personnes interrogées. Dans l’ordre. Un : augmenter la durée de travail des fonctionnaires, deux Français sur trois. Deuxième piste : geler toutes les prestations sociales, 60% des Français. Trois : supprimer des postes de fonctionnaires. D’autres idées comme la suppression des départements partagent la France en deux, la moitié pour, la moitié contre. En revanche, les Français sont en majorité contre la baisse des allocations chômage mais aussi des aides aux entreprises, l’abandon du nucléaire ou le déremboursement de davantage de médicaments. Que retenir ? Eh bien, le fait qu’à chaque fois, il y ait une majorité ou une proportion importante de l’opinion prête à ces sacrifices concrets montre un spectaculaire retournement de l’opinion en quelques années. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les experts de BVA. L’énorme difficulté pour un gouvernement est que les électeurs de droite privilégient des économies sur la fonction publique et les prestations sociales ; ceux de gauche, sur le nucléaire et les aides aux entreprises. Cela étant, 43% de la gauche disent oui à une hausse de la durée de travail des fonctionnaires ! Au total, l’opinion est plus mûre que le gouvernement ne le pense et plus mûre que le gouvernement qui a quand même été timide. Qui peut citer une grosse économie ?

Ce sondage a déjà été commenté par le gouvernement. Par Najat Vallaud-Belkacem, sa porte-parole, qui assume les économies même si c’est au prix d’une impopularité dont elle espère qu’elle ne durera qu’un temps. Je la mentionne parce qu’elle s’est brillamment et sympathiquement prêtée à un exercice original. 150 jeunes personnalités qui, comme elle, incarnent à nos yeux la Relève politique, économique ou de la société civile, ont écrit de A à Z Les Echos paru ce matin. Voilà, c’était une petite page d’auto-pub !

Pour aller + loin

sondage eco
sondage eco © Radio France

[]()

> Retrouvez l'intégralité du sondage sur le site des Echos

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.