Les moyens trop moyens de la Justice

Vous vous penchez à votre tour sur la Justice, mais sous l’angle des moyens financiers dont elle dispose.

Oui, il est frappant de constater que la France attribue moins de moyens financiers à sa Justice que beaucoup de grands pays européens. C’est très clair. La France y consacre 72 euros par habitant, contre 146 en Allemagne et 155 au Royaume-Uni. On compte dix magistrats pour 100.000 habitants en France, moitié moins que la moyenne européenne. Comme par ailleurs, le nombre de contentieux grimpe vite, le système est encombré et du point de vue des justiciables, c’est problématique. Devant un tribunal d’instance, une affaire civile est traitée au bout de six mois, devant un tribunal correctionnel, un délit attend vingt mois pour être jugé, et devant une cour d’assises (les affaires criminelles), c’est trois ans et demi. C’est long. Et maintenant, du point de vue d’un magistrat : en 2017, un magistrat du parquet d’un TGI traitera 1.100 affaires pénales, plus de cinq par jour. On espère que le soin apporté à tous les dossiers est le même.

Pourquoi ce manque de moyens ?

Le rapport compliqué entre la justice et les politiques joue. Et ce sont les politiques qui votent le Budget. En même temps, si le politique voulait tenir en laisse la magistrature, c’est plutôt raté. Alors y a-t-il d’autres explications ? Oui. Avec le Luxembourg, la France est le seul pays en Europe où la justice est gratuite, ailleurs il y a des frais de justice, ce qui fait rentrer des recettes et ce qui freine un peu les recours. A noter aussi qu’une partie significative du budget de la Justice va aux Pensions : jusqu’en 2012, les gardiens de prison, par exemple, partaient en retraite à 50 ou 55 ans. Cela coûte cher. Les mauvaises langues pointent encore le nombre de jours de congés dans la Justice (47 jours). Enfin, il manque cruellement de gestionnaires dans les rangs de la Justice, qui au nom de son indépendance ne se réforme guère. Il faut souligner que les moyens ont augmenté significativement pendant ce quinquennat. Mais pas assez. Au total, il est indigne d’avoir une Justice qui fonctionne ainsi malgré l’engagement quotidien de ses personnels dans une belle activité en première ligne face aux tourments du monde.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.