On prête à Churchill le mot selon lequel « les statistiques sont la forme la plus élaborée du mensonge ». Jolie formule, mais qui oublie que les chiffres disent aussi des choses vraies, que l’on regarde à peine quand elles montrent des trains qui arrivent à l’heure. Voilà trois statistiques publiées au cours des sept derniers jours dont vous n’avez pas entendu parler. Elles n’ont rien d’extraordinaire, mais elles sont intéressantes. La première , diffusée par Eurostat, l’organisme européen installé au Luxembourg, nous apprend que la proportion des jeunes européens titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur a littéralement bondi depuis dix ans. On est passé de 24 à 37%. Partout dans l’Europe des 28, silencieusement, la qualification monte, comme l’avait programmé l’agenda de Lisbonne sur l’Europe de la connaissance – qui pourtant a échoué sur beaucoup d’autres points. France, la proportion est de 44%, et même de presque 50% pour les filles. Bonne nouvelle ! A noter que l’Allemagne est nettement en dessous de la France et de la moyenne européenne. Un jeune sur trois seulement a un diplôme supérieur. Le choix collectif des Allemands est différent du nôtre.

Puisque vous parlez de l’Allemagne, elle arrive en tête dans un autre classement : celui du taux de chômage par région en Europe.

C’est la deuxième statistique repérée cette semaine, elle vient encore d’Eurostat. L’Europe des 28 compte 272 régions – pas une de moins ! On le sait, il y en a vingt-sept en France. Il est intéressant de voir que chaque région et pas seulement chaque pays a ses particularités économiques. Sachez que le taux de chômage le plus bas d’Europe se trouve en Haute Bavière, en Allemagne autour de Munich, il est de 2,6% !! Ensuite, c’est autour de Fribourg puis en Autriche puis à Prague. En France, ici, c’est le Limousin qui affiche le meilleur score, à 6,9% contre plus de 10% en moyenne. J’ai promis de ne donner que les bonnes nouvelles mais le taux le plus élevé d’Europe, c’est hélas en Espagne en Andalousie, il est de 36%. Ici, le Nord Pas de Calais s’approche des 15%, et l’Outre-mer dépasse les 20%.

Dernières informations qui concernent, cette fois, uniquement la France et la ... fracture numérique.

Oui, c’est l’Insee qui vient de publier des statistiques très détaillées qui montrent que la fracture numérique entre les Français s’estompe. En 2007, la quasi-totalité des cadres avaient un ordinateur et Internet à la maison, mais c’était moins vrai, nettement, des ouvriers et employés. Ce fossé n’existe plus ou presque. En revanche, il reste un écart significatif pour l’usage quotidien d’Internet fixe ou mobile. Au total, quand même le fossé se comble.

Y a-t-il une conclusion à votre chronique ?

J’invite tous ceux qui n’ont pas grand-chose à faire aujourd’hui à aller piocher des milliers de données passionnantes sur les sites de l’Insee, d’Eurostat et de bien d’autres organismes moins conventionnels ! Et à ne pas croire Coluche qui assurait que les statistiques, c’est comme le bikini, « çà donne des idées, mais çà cache l’essentiel » !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.