Les députés ont adopté hier la première partie du projet de loi de finances pour 2016, le volet recettes .

Oui, et c'est une sacrée responsabilité, puisque le budget est l'acte le plus politique de l'année. Le texte a donc été voté, sans fronde et sans histoire. Mais les 577 députés savent-ils exactement ce qu'ils ont voté, au-delà de la trentaine qui ont courageusement discuté de tout cela nuit et jour ? Les ministres, qui vont défiler dans l'hémicycle pour défendre les dépenses de leurs ministères, ont-ils jeté plus qu'un œil sur l'origine de leurs ressources ? Ce serait logique. Alors, on va faire un petit quizz en quatre questions, pour les députés et les ministres qui sont -j'en suis sûr- nombreux à écouter Inter.Première question : à combien se montent les recettes de l’État ? Là on ne doute pas que les députés et tout le gouvernement n'auraient aucun mal à répondre, c'est le B-A Ba, le minimum - même si le chiffre n'a pas prononcé une seule fois pendant les débats. C'est …. 370 milliards d'euros. Le savoir est une manière de respecter les contribuables. A vrai dire, on doute qu'il soit connu !Deuxième question, plus facile. Quel est le montant de l'impôt sur le revenu ? L'ignorer serait étonnant de la part de la majorité comme de l'opposition puisque on en parle tous les jours. C'est 72 milliards. Mais au fond peu importe le chiffre. Ce qu'il faut avoir en tête et ce que les élus savent naturellement c'est que c'est vingt milliards de plus qu'à la fin 2011.Troisième question Nos députés peuvent-ils s'engager à aller expliquer à un petit patron dans leur permanence l'article 4 du texte qui modifie l'article 44 quindecies du code des impôts ? Je cite. Au titre des exercices clos entre les 31 décembre 2015 et 2018, lorsqu'une entreprise bénéficiant déjà de l'exonération mentionnée au grand 1 constate un dépassement du seuil d'effectif mentionné au premier alinéa du présent petit b, cette circonstance ne lui fait pas perdre le bénéfice de cette exonération pour l'exercice au cours duquel ce dépassement est constaté. Pas évidentDernière question. Comment le gouvernement et les députés peuvent-ils expliquer qu'ils avaient promis de réduire le nombre des 183 petites taxes qui ne rapportent presque rien (sur les boues d'épuration, les imprimantes, la farine, les pistes de ski de fond etc), qui n'ont pas d'équivalent ailleurs, et qu'ils n'en ont rien fait ?Voilà, on va ramasser les copies.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.