Vous revenez sur les déclarations d'Emmanuel Macron sur le statut des fonctionnaires.

Petit rappel : pour le ministre de l'Economie, ce statut n'est plus adapté au monde tel qu'il est et ne se justifie plus compte tenu des missions exercées. Ce qui est clair est que : 1- cette déclaration ne préfigure aucune réforme par le gouvernement en place, cela a été dit clairement. 2- Emmanuel Macron n'a aucun regret, il revendique le droit de s'exprimer comme il l'avait fait sur les 35 heures. Les sondages montrent que l'opinion le félicite plutôt d’alimenter le débat. Maintenant, sur le fond, le statut de la fonction publique est l'un des sujets qui alimente le plus les crispations entre le secteur privé et le secteur public. Le secteur privé est remonté contre l'emploi de vie, hérité de l'après-guerre, quand il fallait protéger l'administration contre l'intervention politique ; les fonctionnaires se plaignent de salaires moins élevés et rappellent qu'il y a des concours. Ce qui est certain est que la France est atypique. Ici, il y a 5,6 millions de personnes sous statut ; en Grande-Bretagne, c'est 450.000 ; en Allemagne, il y a 1,7 million de fonctionnaires. En Suède, pays que l'on cite en exemple, il n'y a pas de garantie de l'emploi. En Italie, en Espagne, des réformes ont eu lieu.

Mais le sujet, pour vous, c'est autant l'application du statut que sa réforme … Expliquez ce paradoxe !

Pour des raisons financières, il y aura un jour ou l'autre une réflexion sur les métiers auxquels peuvent être associés un emploi à vie, les métiers régaliens, et les autres, où cela ne sz justifie pas. Mais la question plus urgente je crois, c'est aussi : le statut, tout le statut, est-il appliqué ? Non ! Exemple : Il prévoit que l'avancement est lié à l'ancienneté et à la valeur individuelle d'un fonctionnaire. La Cour des Comptes a montré encore il y a quelques jours que ce n'est pas le cas. Les carrières salariales sont quasi-automatiques et pas individualisées. La valeur individuelle ou d'une équipe est peu prise en compte. Bref, l'émulation n'est pas la règle et la garantie de l'emploi n'est du coup pas toujours une garantie de qualité de service public. Les défenseurs du statut ne peuvent pas jouer sur tous les tableaux : le statu quo et une application partielle des règles du statut.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.