Le Congrès américain a voté cette nuit un plan de soutien à l’économie de 900 milliards de dollars. L'économie US affichera une récession trois à quatre fois plus importante qu'en France. Ils vont aller vite sur les vaccins : plus de 600.000 ont déjà reçu une injection.

Joe Biden a été vacciné lundi 21 décembre
Joe Biden a été vacciné lundi 21 décembre © AFP / ALEX EDELMAN / AFP

Cette enveloppe de 900 milliards de dollars, c’est un accord entre les Républicains et les Démocrates du Congrès – les Démocrates voulaient plus, les Républicains voulaient moins. La mesure phare est un chèque de 600 dollars qui va être envoyé à chaque adulte et à chaque enfant dans les jours qui viennent et une augmentation des indemnités-chômage. 

Disons-le tout de suite : la comparaison avec l’Europe est difficile. Un plan de relance de 900 milliards de dollars, c’est exactement l’équivalent des 750 milliards d’euros du plan de relance européen. Donc, match nul, apparemment. Mais, au printemps, les Etats-Unis avaient déjà voté un gigantesque plan tandis que la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et tous les Vingt-Sept ont fait leurs propres plans nationaux qui s’ajoutent aux plans européens. Difficile de s’y retrouver. Si on regarde le détail, même chose. Un chèque de 600 dollars pour tous une fois, çà frappe les esprits, mais l’Europe, elle, a choisi le dispositif du chômage partiel chaque mois. 

Au final, c’est un juge de paix comme un autre, la dette publique sera un peu moins élevée Outre-Atlantique qu’en France. A nos yeux de Français, les enveloppes que les Américains (les Etatsuniens) mettent sur la table donnent toujours le vertige, mais rappelons que leur économie est huit fois plus grosse.

La différence est ailleurs.

Sur la situation économique. Ici, l’activité a chuté d’environ 10% cette année. Aux Etats-Unis, c’est entre trois et quatre fois moins. C’est fou, hein ? Comment est-ce possible ? Oncle Sam a toujours été plus dynamique mais surtout, les curseurs n’ont pas été placés au même endroit entre l’économique et le sanitaire. Donald Trump, on le sait, a privilégié l’économie et la Bourse – parce que les revenus des Américains dépendent beaucoup de Wall Street. 

Alors, quel bilan à l’arrivée ? Les Etats-Unis s’approchent des 330.000 morts, ce qui, en nombre de morts par habitant, est à peine plus élevé qu’en France. Sauf qu’avec un pays 17 fois plus grand que la Métropole et avec trois mois de plus pour se préparer, ils auraient pu faire beaucoup mieux et sauf qu’il y actuellement entre 1.500 et 3.000 morts par jour. Le bilan sanitaire n’est donc pas bon, mais l’économie sortira en meilleure forme pour ceux qui auront échappé au virus. 

En France, l'économie a été davantage arrêtée, mais la récession est en partie amortie socialement.

A partir de maintenant, c'est une autre course de vitesse, avec le vaccin : à l'heure où je vous parle, selon Bloomberg, 614.000 Américains ont déjà reçu une première injection. 

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Thèmes associés