Les grandes manœuvres commencent déjà sur la réforme du droit du travail et les ordonnances.

Il se passe des évolutions intéressantes dans les rangs syndicaux, comme en témoignent les prises de parole de la CFDT, de la CGT et de Force ouvrière ces derniers jours, avec une interview de Jean-Claude Mailly ce matin dans Les Echos. On le sait, Emmanuel Macron a décidé que ce serait son tout premier chantier parce qu’il pense qu’il existe des freins à l’embauche et que les entreprises, en cas de baisse d’activité, ont du mal à vite ajuster leurs effectifs. Il veut aller vite (d’où les ordonnances) parce que ce type de mesures n’ont pas d’effet immédiat. Mais Edouard Philippe a indiqué hier dans le JDD qu’il y aura des discussions avec les syndicats. La CFDT et FO ne disent pas non a priori à une évolution du droit du travail, à l’inverse de la CGT. La CFDT et FO ne disent pas non plus a priori non aux ordonnances. Enfin, Laurent Berger et Jean-Claude Mailly disent plutôt du bien de Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, qui a travaillé avec Martine Aubry et qui a été DRH de Danone, alors que Philippe Martinez la tacle. Bref, pour résumer une impression, FO se recentre et tend une main au pouvoir. C’est nouveau.

Mais c’est le fond qui décidera de tout ...

Il y a trois sujets tous déjà dans la loi El Khomri et sur lesquels Macron voulait aller plus loin dès ce moment– mais que Valls lui avait refusé. Le regroupement des instances de négociation pour gagner du temps, la CFDT et FO ne sont pas contre (la CGT oui) à condition d’avoir des moyens en plus pour les syndicats. L’élargissement des sujets sur lesquels les entreprises peuvent négocier en dérogeant à la loi est LE coeur du sujet. Là aussi, un chemin est possible, à condition peut-être de remonter la protection par la loi quand il n’y a pas d’accord. En revanche, tous les syndicats sont hostiles à un encadrement chiffré des indemnités prud’homales. Il n’y aura pas d’accord sur ce point parce que c’est important pour les petits patrons, qui pensent qu’aujourd’hui c’est la roulette russe. Donc on s’apprête, comme sur le travail du dimanche, à se battre dans notre pays sur un point certes symbolique mais qui ne concerne que très peu de monde. Oui, c’est vrai, les manœuvres commencent et on espère que ce sera sur les sujets les plus importants.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.