La Commission de Bruxelles critique la gestion française du virus. Si la critique est utile, l'indulgence est nécessaire : le Covid 19 a mené six fois plus de personnes à l'hôpital que la grippe hivernale.

Une infirmière portant des gants de protection tient la main d'un patient dans l'unité de soins palliatifs de l'hôpital Eugénie d'Ajaccio
Une infirmière portant des gants de protection tient la main d'un patient dans l'unité de soins palliatifs de l'hôpital Eugénie d'Ajaccio © Getty / Pascal POCHARD-CASABIANCA

La commission européenne vient d’envoyer à chaque pays ses recommandations habituelles mais cette fois il y est question du Covid 19. Dans le cas de la France, Bruxelles pointe clairement des lacunes dans la préparation du système de santé aux pandémies. 

Lesquelles ? L’insuffisance de masques, de tests et de coordination entre les différents professionnels. Ce n’est pas précisé, mais on suppose qu’il s’agit de l’appel très tardif des pouvoirs publics aux laboratoires d’analyse médicales pour les tests. 

Bruxelles pointe aussi une insuffisance d’investissements physiques et en personnels, un manque de collaboration entre hôpitaux publics et privés et le fait qu’un Français sur six vit loin d’un médecin généraliste. 

Bon, attention, l’Allemagne essuie elle aussi quelques critiques. Une fois cela dit, la question est de savoir si cette sévérité est justifiée, ou plutôt jusqu’où elle est justifiée. L’insuffisance des tests est, ici, une évidence. Mais cette crise sanitaire est hors-normes, elle a attaqué tous les pays, et donc une certaine indulgence est nécessaire. 

Une donnée est frappante. Depuis début mars, 100 000 Français adultes ont été hospitalisés (ou le sont encore). C’est six fois plus que pour la grippe hivernale si on fait la moyenne des sept dernières années. 17 000 Français sont passés en réanimation, c’est dix fois plus que pour la grippe classique. Ce qui est caractéristique, c’est que toutes ces personnes hospitalisées l’ont été en moyenne pour plusieurs semaines, ce qui fait une grosse occupation des lits. 

Qu’en conclure ? Que sans le confinement c’est vrai moyen-âgeux, le système hospitalier aurait explosé. Cela ne veut pas dire que la diminution du nombre de lits a été sans conséquence et que les derniers gouvernements sont blancs comme neige, mais l’épidémie a été un mur.

Et il y a un point remarquable : l’économie, la vie sociale, sportive, culturelle, et la vie normale tout simplement ont été arrêtées pour préserver la vie des plus âgés d’entre nous, et pour permettre à chacun d’entre nous d’avoir droit à des soins à hôpital quel que soit son âge. Sur les 28.000 décès du coronavirus, il y a en a eu 300 chez les moins de 50 ans et 1.100 chez des moins de 60 ans. 

Conclusion : les plus de 60 ans sont les nouveaux jeunes dont les sociétés modernes considèrent que leur vie mérite d’être défendue. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.