Une histoire optimiste, celle d’une entreprise qui fête ses dix ans.

Un instant, on voudrait oublier la paralysie politique des Etats-Unis et de l’Europe, et on voudrait dissiper le brouillard qui fait trébucher la zone euro et fait plonger le CAC 40 (3% de chute hier). Est-ce que vous connaissez le jeu de mot à la mode sur les marchés ? Jusqu’à maintenant, on parlait des PIGS pour nommer les pays malades que sont le Portugal, l’Italie, la Grèce et l’Espagne (Spain), PIGS. Hier, on a vu apparaître les EEGs, les œufs cassés. E-E-G-s, everyone except Germany (tout le monde va mal sauf l’Allemagne). C’est gai ! Bref, heureusement, il a y de belles histoires, comme celle de l’entreprise vente-privée.com. Un site Internet qui a dix ans ces jours-ci et dont la spécialité est la vente par Internet des invendus des grandes marques, d’abord des vêtements, maintenant de tout. La société de 1.500 personnes réalisera cette année un chiffre d’affaires de plus de un milliard d’euros. On parle si souvent des PME quand elles font faillite ou font des plans sociaux qu’on peut en parler aussi quand elles marchent.

Quels sont les secrets de sa réussite ?

C’est le mot, puisque la société livre, depuis ses entrepôts de Saint-Denis, au nord de Paris, plusieurs dizaines de millions de produits de 1.200 marques. Elle est dirigée par un quasi- inconnu, Jacques-Antoine Granjon, un homme au look beatnik des années 70. Son concept n’a pas été d’inventer un nouveau métier, mais d’adapter à Internet un métier existant, les soldes de marques. Sans faire trop de publicité et d’ombre aux marques, ce qui permet de négocier les prix. L’entreprise a, aussi, eu l’idée lumineuse d’inverser le modèle économique pour vivre. Les clients commandent un produit sur Internet et le paient avant même que vente-privée.com ne l’achète.

Globalement, les Français réussissent bien dans ce secteur

de l’e-commerce ?

Oui, avec des entreprises spécialisées comme Priceminister, Cdiscount et donc vente-privée.com. Mais aussi la Fnac.com, La redoute.fr, Les Trois Suisses etc. Le succès de l’e-commerce est phénoménal, 80% des internautes achètent sur Internet, on va vers un chiffre d’affaires de 40 milliards d’euros. Sans avoir créé Amazon, les Français, qui ont inventé la grande distribution, ne pouvaient passer à côté et ils s’en tirent bien. Leur défi et leur champ à explorer est désormais de transformer les visites sur les sites en achats, puisque seulement 2% des visiteurs passent à l’acte, contre 55% de ceux qui poussent la porte des magasins. Mais ils peuvent faire fructifier les incroyables galeries marchandes que sont leurs sites. Pas loin de 10 millions de Français surfent chaque mois sur Laredoute.fr - chiffre à faire rêver les sites d’information ! Voilà les succès et les défis de ce secteur en plein boom... Avant de revenir sans doute demain sur les rouages de l’enchaînement dangereux qui est à l’œuvre dans le reste de l’économie.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.