Les ports sont en grève perlée depuis décembre. Il y a une différence énorme avec la SNCF ou la RATP : les clients peuvent aller voir ailleurs, et ils le font.

Manifestation contre la réforme des retraites, blocage du port du Havre, ici devant le bâtiment du GPMH (Grand Port Maritime du Havre)
Manifestation contre la réforme des retraites, blocage du port du Havre, ici devant le bâtiment du GPMH (Grand Port Maritime du Havre) © Maxppp / Quentin Déhais

La CGT, après la reprise du travail à la SNCF et la RATP, après l’échec du mouvement dans les raffineries, après les coupures quand même risquées du courant électrique, la CGT met le paquet sur un quatrième levier : les ports de commerce. 

Depuis décembre, des blocages des dockers et des transporteurs se répètent un peu partout. Le Havre, ville d’Edouard Philippe, est le plus touché, mais Nantes, Fos-Marseille, Montoir, Rouen, souffrent, des conteneurs sont coincés, 450.000 tonnes de céréales le sont aussi et des PME mettent la clé sous la porte. 

Conséquence inattendue au plan mondial : le cours du blé s’envole mais les agriculteurs tricolores, s’ils n’arrivent pas à exporter, n’en profiteront pas. 

Alors, pourquoi ces blocages auront-ils des conséquences lourdes et durables ? C'est simple. Quand les trains et les métros ne roulent pas, les usagers-clients râlent, mais ils reviendront après la grève. Les clients des ports français, eux, basculent depuis décembre vers Anvers au Nord, Barcelone au Sud, et Gênes au Sud-Est. Les porte-conteneurs débarquent leurs marchandises ailleurs et les font transporter par camion ou train vers la France. Ils en prennent l’habitude, alors même l’image et l’activité des ports s’était améliorée depuis dix ans. Le risque de gâchis est donc élevé. 

Voici quelques éléments incontestables. La France a un nombre de kilomètres de cotes record. Et pourtant écoutez : en 2018, 5 millions de conteneurs sont passés par nos ports, moins que la Grèce, moins que le Royaume-Uni (10 millions), les Pays-Bas (14), l’Allemagne (15) et l’Espagne (17 millions). C’est trop faible. 

Mais la CGT n’est pas responsable de tout ...  bien sûr. Les ports sont situés -et c’est la géographie, personne n’y peut rien- loin des grandes métropoles (ce n’est pas le cas en Allemagne et aux Pays-Bas) et disons que la SNCF, qui a longtemps vu les ports comme des concurrents, n’a pas toujours amené ses lignes au plus près. - Edouard Philippe suit comme le lait sur le feu l'avancement de la ligne Serqueux - Gisors, en Normandie. 

Mais les dockers de la CGT ont quand même une responsabilité historique, cela fait dix ans seulement (depuis les réformes de 2008) que le trafic remonte doucement année après année. Redégringoler serait suicidaire. 

Enfin, signalons qu’il y a un endroit en France où de véritables pénuries sont en train de se créer dans les magasins, c’est la Corse, en raison de blocages de plusieurs compagnies maritimes et de rivalités internes, le conflit des retraites ne jouant là qu’un rôle marginal.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.