Le sujet éco du jour, c’est la vente en ligne, avec un front Google-Walmart pour contrer Amazon…

On peut être, l’un leader planétaire des recherches sur Internet, et l’autre numéro 1 mondial de la distribution, et se sentir menacés par l’irrésistible ascension d’Amazon. C’est la raison d’être de l’accord annoncé par Google et Walmart. Ce dernier, le leader historique de la grande distribution américaine -- plus de quatre fois le leader français Carrefour, en chiffre d’affaires -- va rejoindre la plateforme de commerce en ligne Google Express à la fin septembre. Uniquement aux Etats-Unis, sur une partie du territoire au départ, mais ce n’est d’évidence qu’un premier pas.

La croissance d’Amazon peut ralentir ?

On en encore est loin. Car le Léviathan Google est encore un poids plume de la vente en ligne. Google express lancée en 2013 n’est opérationnelle que dans sept grandes villes américaines. Se développer dans le e-business suppose de devenir un mastodonte de la logistique, et c’est dur. Quant à Wal-Mart, fort de sa position dominante dans le commerce, il a longtemps regardé les trains passer pour la vente en ligne. Pendant ce temps, Amazon prenait de plus en plus de parts de marché. Et sans doute son récent coup d’éclat, le rachat de la chaîne de magasins alimentaire Whole Foods, a-t-il fait office de signal d’alarme pour Google et Walmart. D’où donc cette alliance, qui cela étant n’est pas juste une affaire de canaux de distribution. La bataille sur les commandes et livraisons en cache une autre : celle des assistants connectés. Car c’est par ce canal que passera la contre-offensive.

Quel rôle pour ces objets connectés ?

Il faudra utiliser l’assistant à commande vocale Google pour commander des produits Walmart. Choix clivant, qui ne va pas aider le duo à contrer Amazon en volumes de vente, mais le vrai enjeu est ailleurs. Ces assistants vocaux sont un nouvel Eldorado pour les poids lourds de la web-économie. Leur idée est d’être toujours plus omniprésents dans notre vie, comme cela s’est passé avec le smartphone, cette fois en associant la commande vocale et l’intelligence artificielle, concentrées dans un objet connecté trônant au coeur de la maison. Amazon est à la pointe de ce marché avec son assistant Echo et l’intelligence artificielle Alexa. Google veut lui tailler des croupières avec l’enceinte Home et Google Assistant.

Mais à quoi vont vraiment nous servir ces machines ? Même les « geeks » se le demandent encore. « Peut-être déjà à faire vos courses en énonçant vos commandes de chez vous ? », proposent en fait les géants du web. Rien de certain dans tout cela, mais la piste est trop prometteuse pour ne pas l’explorer. Alors, ils se mettent en formation de combat, avec peut-être en tête cette phrase du général MacArthur : « Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard ».

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.