Vous voulez nous parler aujourd’hui de la 3D… Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas seulement des raffineries ou des usines qui disparaissent dans la vie économique. Il y aussi des nouveaux produits qui apparaissent. Je suppose, Pierre, que vous avez vu le film Avatar… Il ne vous aura pas échappé qu’il était en trois dimensions, en 3D donc. Tout comme la pub Haribo juste avant, qui a tant marqué les spectateurs avec les bonbons qui venaient sur eux. En France, près de 14 millions de spectateurs l’ont vue. A l’été, il sortira en DVD. Eh bien le fabricant coréen Samsung a annoncé hier qu’il va sortir son premier téléviseur 3D dans moins de deux mois. Mais ces nouvelles télévisions seront vendues très cher…Pas tellement. Le japonais Panasonic, qui va sortir son premier appareil début mai, a déjà annoncé son prix : 2.499 euros pour un écran de 127 centimètres de diagonale. De façon générale, le surcoût serait de 300 à 500 euros. Rien à voir avec l’écart de prix des premiers écrans plats qui valaient plusieurs milliers d’euros, ou pour les anciens la différence qu’il y avait entre la couleur et le noir et blanc. Il faut toutefois rajouter le prix des lunettes. Ce ne sont pas celles que vous avez eu pour voir Avatar, qui valent deux ou trois euros. Mais des systèmes plus sophistiqués à 100 euros pièce. Pour une famille nombreuse, ça fait beaucoup. A vous entendre, ça a l’air tout simple… Pourquoi est-ce que ce n’est pas sorti plus tôt ? Pour une raison toute simple : il ne suffit pas d’avoir un tuyau, il faut aussi avoir quelque chose à mettre dedans. Du contenu. C’est nos vieux amis de l’économie, Offre et Demande : s’il n’y a pas d’offre, la demande a du mal à s’exprimer. Quand le téléphone mobile n’existait pas, vous n’aviez pas envie d’en acheter un. Or aujourd’hui, dans la vidéo, il y a une formidable locomotive d’offre qui va tirer la demande : c’est justement Avatar. A signaler toutefois que le film de James Cameron n’a pas surgi dans le désert. L’an dernier, les studios Pixar avaient sorti un dessin animé lui aussi en 3D, Là-haut. Mais le cinéma, ça ne suffit pas à remplir une télé !Vous avez tout à fait raison. Mais on peut tourner plein de choses en 3D. A Davos, James Cameron a projeté des images de sport, du football américain, des courses de voile en 3D et je peux vous dire que c’est absolument spectaculaire. En juin, la moitié des matchs de la Coupe du monde de football en Afrique du sud seront filmés en 3D. Et en France, Eurosport et Canal + travaillent chacun de leur côté à une chaîne en 3D. En tout cas, les fabricants sont confiants : ils pensent qu’ils vendront 20 à 30% de leurs télés en 3D d’ici un an. A qui profitera l’essor de la 3D ? Il y a d’abord les constructeurs de télé, et puis demain d'ordinateurs, d’iPhone et Blackberry qui passeront eux aussi en relief. Eux, ils sont plutôt en Asie. Mais dans l’industrie du divertissement et du cinéma, il faudra à la fois de nouveaux matériels pour tourner, de nouvelles équipes, de nouvelles compétences. Ca fera donc de nouveaux emplois, y compris en France. Dernier point plus personnel : vous pourriez redouter, Pierre, que tout ça accroisse l’écart entre la radio et le petit écran. Mais elle va en fait les rapprocher. Car si la télé découvre la 3D, la radio, elle, travaille depuis longtemps en relief.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.