Fabienne Schmitt, du quotidien Les Echos

On a peut-être du mal à l’imaginer, nous citoyens, mais la rentabilité du TGV s’érode d’année en année. Et c’est un vrai casse-tête pour la SNCF que de trouver la solution pour lui réinventer un avenir.

Et pourtant, le TGV a longtemps été la vache à lait de la SNCF. Mais entre la crise économique, la concurrence du covoiturage, et aussi celle des avions, le TGV a de plus en plus de mal à se remplir.

En plus, on lui demande de payer Réseaux ferré de France pour circuler sur les voies rapides. Or, ce péage a beaucoup augmenté ces dernières années et représente désormais près de 40% du prix du billet de train.

Résultat : le TGV rapporte de moins en moins d’argent et à ce rythme là, il pourrait bien dans quelques années n’en rapporter plus du tout !

Mais alors que faut-il faire pour arrêter l’hémorragie ?

Eh bien il faut revoir tout le système. En un mot il faut arrêter de pomper le TGV au prétexte qu’il est une activité très profitable. C’est une réaction très française : quand vous êtes riches, vous payez, et vous payez encore.Eh bien pour le TGV c’est pareil : il a toujours été riche alors on lui prend 40% de ses recettes commerciales pour financer le reste du système ferroviaire, c’est-à-dire les TER, les RER ou encore les trains intercités.Pour la SNCF cette situation ne peut plus durer.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.