Angela Merkel réunira demain les industriels allemands de l’automobile pour un sommet sur « l’avenir du véhicule électrique ». Elle leur parlera sûrement aussi du passé du véhicule diesel… La réunion est prévue ce mardi pour envisager l'instauration d’une prime à l’achat de voitures électriques. Mais la Chancelière aura autour d’elles tous les patrons des constructeurs allemands dans un contexte tendu : vendredi, les autorités allemandes ont exigé le rappel de six-cent trente-mille voitures diesel soupçonnées quant à leurs émissions de gaz polluants. Ces rappels vont concerner seize marques vendues en Europe !

Quels sont les constructeurs mis en cause par cette enquête ? Cinq marques allemandes sont visées par le rappel : Volkswagen, ses filiales Audi et Porsche, Opel et Mercedes. Mais aussi onze marques étrangères, dont Alfa Romeo, Fiat, Hyundai, Jaguar, Land Rover, Nissan, Suzuki, sans oublier les français Renault et Dacia… Pour l’instant, il faut rester prudent, les fautes ne sont pas encore prouvées. Mais le diesel est en train de faire tache d’huile. L'affaire Wolkswagen révélée en septembre 2015 par l'Agence américaine de protection de l'environnement est en train de devenir le scandale mondial de l'industrie automobile.

En économie, la confiance est le paramètre le plus important. Or, depuis quelques années, plusieurs énormes scandales ont éclaboussé des secteurs clés de l’industrie :

  • le pétrole, notamment après l’explosion de la plateforme BP dans le golfe du Mexique

  • les banques, avec les subprimes

  • la pharmacie, régulièrement mise au banc des accusés (en France, il y a eu le scandale Mediator)

  • et donc maintenant l’automobile, avec ces trucages des moteurs diesel.

Je ne suis pas en train de dire qu’il faudrait étouffer ces affaires, sûrement pas. Mais le résultat, c’est que des activités décisives en matière de création de richesses et d’emplois ont désormais mauvaise réputation. Ce qui risque d’éloigner une partie des clients, les salariés les plus compétents, pourquoi pas les actionnaires. Ces scandales auront donc un impact négatif sur la croissance et sur l’emploi, qui ne sont déjà pas à la fête.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.