Par Etienne Lefebvre.

Les cadeaux de Noël ont été déballés hier soir ou vont l’être aujourd’hui. C’est la fin d’un marathon exceptionnel pour le secteur de la logistique… 

Les livreurs, magasiniers et autres postiers vont enfin pouvoir souffler. Au terme d’une course contre la montre pour que le père Noël ait pu livrer ses cadeaux. Quelques chiffres pour rappeler l’ampleur d’un défi rendu chaque année plus difficile. 20% des ventes du e-commerce sont réalisées à Noël, un gros tiers des cadeaux étant achetés en ligne. 2,5 millions de colis traités chaque jour par Colissimo / La Poste aura même livré le dimanche, hier, 24 décembre oblige. 7.500 personnes embauchées en extra par Amazon, les effectifs du géant du e-commerce sont ainsi multipliés par trois. Et pour tous ces acteurs, la course avait en réalité démarré dès le 24 novembre, lors du « Black Friday », cette journée de super promo importée des Etats-Unis qui fait un tabac : plus de 2 millions de commandes ont été passées chez Amazon en 24 heures, un record.  

En quoi cette période des fêtes est-elle si importante ? 

Au-delà du chiffre d’affaires – 30% des ventes de jouets et de high-tech se font en novembre-décembre -, les logisticiens jouent gros pour leur réputation. Livrer en temps et en heure à Noël, c’est essentiel pour se distinguer de la concurrence toute l’année. D’ailleurs, le rush n’est pas terminé. Il va falloir maintenant gérer les échanges de produits, les retours, une pratique de plus en plus fréquente pour le e-commerce. D’autres acteurs internet vont aussi prendre le relais, ceux qui sont spécialisés dans la revente de cadeaux. Près d’un Français sur deux se disait prêt à le faire pour ce Noël, selon une étude Opinion Way parue la semaine dernière.   

Ce marché de l’occasion n’est pas tout à fait nouveau… 

Non en effet, ce qui l’est plus, c’est qu’il a commencé avant Noël. Un site comme Le Bon Coin a par exemple vu bondir l’audience et le nombre d’annonces pour les jouets dès novembre. La conclusion est simple : les jeux offerts ne sont pas toujours de 1e main. Quant aux cadeaux dont on veut se débarrasser, d’autres solutions que la revente se développent, comme le bon vieux troc, via des sites spécialisés. Ou encore la location. Une perceuse, un vélo, un robot ménager, tout se loue. Mais bon, le geste le plus simple, et le plus généreux, ça reste de donner les cadeaux ratés à des associations caritatives. Elles sauront en faire bon usage ou les revendre pour la bonne cause.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.