Le gouvernement a tranché : le système du chômage partiel s’installe dans la longue durée.

Le chômage partiel jusqu'en 2022
Le chômage partiel jusqu'en 2022 © Getty / twomeows

Emmanuel Macron a réuni hier le patronat et les syndicats pour le leur annoncer : le dispositif actuel de l’activité partielle (c’est son vrai nom), très généreux, va durer jusqu’au 1er octobre. L’incertitude est levée. 

Après le 1er octobre, il sera (un peu) moins avantageux : pour les salariés, qui percevront 72% de leur salaire net (et non plus 84% comme aujourd’hui) ; et pour les entreprises, qui auront un reste à charge de 40% (et non plus de 15%). Mais surtout, les entreprises et les professions qui signeront à partir du 1er juillet un accord sur l’emploi et le temps de travail avec les syndicats, et qui garantiront 60% de leur activité à leurs salariés, ces entreprises auront droit à un chômage partiel sur mesure, aux petits oignons. Ce sont elles qui auront droit à la meilleure aide de l’Etat pour une durée pouvant aller jusqu’à deux ans. On pense à l’aéronautique, l’automobile, l’événementiel, mais cela ira plus loin. 

Tiens, deux ans : vous avez bien entendu. C’est un horizon économique, qui laisse du temps au temps pour la reprise, c’est un levier pour limiter les grands plans sociaux des grandes entreprises et… c’est de toute évidence un horizon politique, qui permet aussi de… passer la prochaine élection présidentielle. Le gouvernement sait qu’il y aura des pertes d’emplois par centaines de milliers, il veut que le maximum de monde reste avec un pied ou même un orteil dans son entreprise ET il cherche à éviter une explosion du chômage en 2022. Intérêts économique, social et politique vont dans le même sens. Si on peut dire et si on ose, c’est la 1ère confirmation officielle in concreto qu’Emmanuel Macron espère se succéder à lui-même. 

Et tout cela coûte cher ?

Entre ce qui était connu et ce qui a été annoncé hier, une quarantaine de milliards d’euros. Ce sont la Banque centrale européenne et l’euro qui permettent cela, qui l’aurait imaginé ? Personne. Combien de temps cette danse sur le fil du rasoir tiendra-t-elle ? Personne ne sait. Les dépenses publiques représenteront cette année les deux tiers du PIB… 

Au total, il est clair que d’ici 2022, le tiroir de la dépense publique restera grand ouvert, que personne ne le refermera ou ne cherchera à faire rentrer le dentifrice dans le tube qui est dans le tiroir – tiroir de droite comme de gauche. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.