**Les députés ont commencé tard hier soir la discussion du projet de loi sur le Grand Paris défendu par Christian Blanc.L’objectif affiché de ce projet est d’ouvrir la voie, en Ile-de-France, à la troisième grande vague d’aménagements depuis un siècle et demi. La première avait été celle du baron Haussmann, qui a redessiné l’espace urbain de Paris. La seconde vague est due au préfet Paul Delouvrier qui, dans les années 60, avait mis l’accent sur le logement, c’est l’apparition des barres et des villes nouvelles. Cinquante ans plus tard, la grande affaire de Christian Blanc, ce sont les transports. La majorité des Français ne vont en fait retenir qu’une chose : le métro automatique de 130 kms en forme de huit tordu autour de la capitale reliant Roissy, Orly, Marne-la-Vallée ou encore Versailles. Ils vont sans doute aussi rester dubitatifs sur ce projet, non sans raison : un coût de 35 milliards d’euros et une entrée en service au mieux dans une grosse quinzaine d’années. Mais le problème n’est pas là, c’est que ce métro cache d’autres enjeux plus importants. Lesquels ?Que faut-il regarder dans ce projet d’un point de vue économique ? Pas la promesse de doubler la croissance de l’Ile-de-France et de créer un million d’emplois. Ce type de promesses mobilise des équipes d’experts dévoués et d’ordinateurs huilés, mais elles font surtout sourire. En revanche, la volonté de créer six à sept grands pôles stratégiques, spécialisés dans certaines activités, ceux là mêmes qui sont reliés entre eux par le supermétro, ce projet mérite qu’on s’y arrête. Car à partir de là, plusieurs questions sont posées. 1 – Regrouper des activités semblables, est-ce que cela fait sens ? 2 - Faut-il, ces pôles, les organiser sur le modèle La Défense, avec pour l’essentiel des bureaux, ou faut-il autre chose, qui mêle bureaux, logements, commerces. C’est une partie de la vie des franciliens qui va se jouer là. Et réponses ?Le débat existe. Deux exemples. Christian Blanc veut faire du pôle de Saclay, au sud-ouest de Paris, une Silicon Valley à haute valeur ajoutée en neurones. Déjà, le lieu concentre 10% de la recherche nationale entre Polytechnique, HEC, le CNRS, le Centre de l’énergie atomique, demain l’école Centrale. 300 PME high tech par an seront aidées à s’y installer. Ça, cela a du sens : tout le monde se parle, se rencontre. La polémique fait en revanche rage sur une autre idée de Christian Blanc, faire de La Défense et de la commune voisine de Nanterre la « cité financière » française, qui accueillerait toutes les banques, les assurances etc. Là, la logique autre que géographique et d’image est moins évidente puisque tout, dans ce secteur, est désormais dématérialisé. S’agissant, enfin, du modèle de ces pôles, lieux d’activités économiques, de bureaux seulement, ou lieux aussi de vie, les deux thèses ont des partisans. Qu’on me pardonne en régions pour ce parisianisme, mais c’est le modèle Issy-les-Moulineaux- Boulogne Billancourt, les bureaux dans la ville, qui a le vent en poupe depuis 15 ans. Tout cela dépasse largement le métro et c’est même plus passionnant !**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.