Eh oui ! Pendant l’été, les entreprises privées ont fait plus d’un million d’embauches en CDI, en contrat à durée indéterminée.

Des bonnes nouvelles sur le front de l'emploi
Des bonnes nouvelles sur le front de l'emploi © AFP / Philippe HUGUEN

Elles ont battu leur record du trimestre précédent. Ce sont les chiffres de l’ACOSS, l’organisme qui gère l’argent de la Sécu et qui recense les déclarations d’embauches du privé. Malgré le ralentissement de l’économie française, les entreprises ont donc continué de recruter. Et la progression est générale : sur un an, elle s’observe dans toutes les régions de France, et aussi dans tous les grands secteurs, l’industrie comme la construction et les services.

Mais alors, si les entreprises recrutent en masse, pourquoi y a-t-il encore autant de chômage ?

Parce qu’il s’agit des chiffres d’embauches, pas d’emplois. 

Or dans les entreprises, il y a aussi beaucoup de salariés qui partent. Parce qu’ils ont trouvé un autre boulot, ou parce qu’ils prennent leur retraite, ou parfois parce qu’ils sont licenciés.

C’est la différence entre toutes les arrivées et tous les départs qui détermine le nombre d’emplois créés ou détruits, et donc l’évolution du chômage.  Cette différence est infiniment plus faible. Au deuxième trimestre, le nombre d’emplois a par exemple augmenté de seulement 24.000, pas assez pour faire vraiment reculer le chômage. 

Derrière ce petit nombre, il y a toutefois une formidable effervescence sur le marché du travail, loin d’être l’univers gelé parfois décrit et critiqué. 

Quel est le principal obstacle à l’embauche aujourd’hui ?

Les perspectives économiques ne sont pas mauvaises, le principal frein n’est donc pas de ce côté. 

Il est plutôt du côté de la difficulté à recruter, ce qui est surprenant, voire regrettable, voire terrible dans un pays qui compte encore 9% de chômeurs. Le problème ici, c’est la qualification et les compétences. Selon l’Insee, 42% des industriels ont du mal à trouver les profils qu’ils recherchent. On n’a pas fini d’entendre parler de formation. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.