Mystère et boule de gomme. Comment les entreprises d’un pays qui compte encore 2 500 000 chômeurs peuvent-elle avoir du mal à recruter ? On a beau se creuser la tête, il y a quand même quelque chose d’illogique là-dedans.

C’est pourtant ce qu’elles nous disent, les entreprises. Les patrons de PME notamment, n’arrêtent pas de se plaindre. Depuis 2018, le manque de main d’oeuvre compétente est même la principale barrière à l’embauche selon eux. Loin devant l’incertitude économique et le coût du travail. Alors, se ficheraient-elles de nous, les entreprises ? Eh bien non. 

Leurs difficultés sont réelles

Parce que les besoins des entreprises ne correspondent pas bien aux compétences des Français. Ce que le gouvernement tente de pallier en relançant l’apprentissage. Mais c’est aussi le cas dans le numérique. D’où un immense effort de formation à faire en France. 

Alors vous me direz, si elles veulent embaucher, les entreprises, elles n’ont qu’à mieux payer les gens. Un point pour vous. Sauf que beaucoup de PME n’en ont pas les moyens. Donc elles préfèrent proposer de plus en plus de CDI pour séduire les candidats plutôt que des CDD. Evidemment, ça ne durera qu’un temps. Tôt ou tard, il va bien falloir qu’elles mettent la main au portefeuille. 

Une autre explication à ce phénomène : l'immobilier

Ces dernières années, les créations d’emplois se sont concentrées dans les métropoles, c’est-à-dire là où le coût du logement est le plus élevé. Par exemple, l’an passé, près d’un emploi sur deux créé en France l’a été en région parisienne. Région qui ne pèse pourtant que 30 % du PIB du pays et 20 % de sa population. Vu les prix immobiliers, avouez qu’il est très difficile pour une famille des Ardennes par exemple, de vendre sa maison pour se loger en Ile-de-France. D’autant que dans les régions les moins dynamiques, le prix de l’immobilier baisse. Et voilà le piège qui se referme. Les propriétaires ont du mal à vendre et sont assignés à résidence. Même condamnation pour ceux qui sont logés dans le parc HLM. Le coût d’opportunité de déménager est alors prohibitif, surtout quand son conjoint travaille. Si on veut faire baisser le chômage, il va donc aussi falloir revoir la politique du logement.   

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.