Avant la fin de la semaine prochaine, les trois principaux opérateurs télécoms français auront commencé à allumer leurs antennes 5G dans des villes françaises. L'accueil des clients sera-t-il plus compliqué que pour les générations précédentes de réseau ? Peut-être.

Les opérateurs télécoms commencent à allumer leurs réseaux 5G en France

La semaine dernière, SFR a ouvert son réseau sur la moitié de la ville de Nice, en direct sur BFMTV, la chaîne qui appartient au même groupe, celui de Patrick Drahi – avec d’ailleurs quelques soucis techniques !  Bouygues se lancera mardi. Et Orange allumera progressivement ses antennes 5G à partir de jeudi.

Pour Orange, cela commencera entre autres à Marseille, Angers, Le Mans ou Clermont-Ferrand. Fin décembre, plus de 160 villes seront connectées. Stéphane Richard, patron d’Orange, promet pour tout de suite un débit quatre fois supérieur à celui de la 4G. On sait que le débat politique fait rage. 

Mais concrètement comment cela passe-t-il ? 

  • Un : est-ce que ce sera plus cher que la 4G ? Réponse : oui. 
  • Deux : à quoi cela va-t-il servir ? Réponse : à moyen terme, en 2023, ce sont les activités professionnelles à qui la 5G apportera du plus. Elle remplacera par exemple le Wifi dans les usines, quand des machines communiquent entre elles. A court terme, les opérateurs visent les particuliers, en promettant -donc- un meilleur service, mais aussi pour désaturer des réseaux 4G très encombrés. Le trafic de données a augmenté de 40% en un an. 
  • Troisième question : faudra-t-il changer de téléphone ? Réponse : oui. Les industriels chinois, mais aussi Samsung et Apple avec son IPhone 12 vendent déjà des terminaux 5G. 
  • Dernière question, l'essentiel : est-ce cela vaut la peine ? Quand la 4G tourne bien, cela ne saute pas aux yeux. Mais si vous allez dans des endroits où votre téléphone rame parce qu’il y a foule (pensez à la gare de Lyon un jour de grand départ), oui cela sera intéressant. Plus le réseau 4G sera surchargé, plus l’envie et la nécessité viendront. 

Je rajoute une question : est-ce que la 5G va avoir du succès ? Si c'est comme pour la 3 ou la 4G, les clients se précipiteront. Sauf que cette fois, le débat s’est davantage hystérisé : des villes freinent (Bordeaux, Lille), Paris prend son temps. Il y a un côté comique parce qu'il y avait eu les mêmes résistances déjà il y a longtemps avec le ... Wifi ! Mais c'est vrai que la nouveauté est que certains Français y compris des jeunes s'interrogent sur la consommation y compris énergétique des télécoms - y compris mes enfants qui sont pourtant très geek ! Donc, je ne parie pas mon téléphone sur le rythme du déploiement.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.