Le chômage a baissé en France trois mois d’affilée, pour la première fois depuis 2008. L’emploi repart-il enfin vraiment ?

En réalité, l’emploi est reparti il y a longtemps, au printemps 2015. Et en cette année 2016, selon les projections de l’Insee, près de 200.000 nouveaux postes auront été créés. Mais pour que le chômage baisse vraiment, il faut que l’emploi progresse plus vite que la population active. C’est désormais le cas. Voilà pourquoi la fameuse courbe du chômage s’est enfin inversée.

Plus de dix-huit mois se sont donc écoulés entre la reprise de l’emploi et la baisse du chômage. François Hollande a-t-il vraiment « manqué de bol » avec cette satanée courbe qui refusait de se retourner, comme il l’a dit aux journalistes ? Eh bien non. Il a juste eu le tort d’être trop confiant dans la croissance, qui a commencé à frémir début 2015, et non à son arrivée à l’Elysée comme il l’escomptait. Ensuite, c’est un délai classique. L’économie française avait ainsi connu un coup de mou en 2003. Le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin, avait ensuite espéré des mois et des mois que la courbe du chômage s’inverse. Le premier signe de l’inversion est tombé… en juin 2005, juste après son départ de Matignon ! Finalement, l’eussiez-vous cru, il y a un point commun entre Raffarin et Hollande ! La leçon de cette histoire, c’est bien évidemment que le temps économique et le temps politique ne sont pas les mêmes.

La politique menée par François Hollande a tout de même eu des effets bénéfiques sur l’emploi. Certes, le gouvernement n’est en rien ou presque responsable de la petite accélération de la croissance depuis 2015. Mais les mesures qu’il a prises, comme la prime à l’embauche dans les PME, ont permis à la France de créer des postes de travail, même avec une activité mollassonne. Les experts disent qu’il a enrichi la croissance en emplois. Cet enrichissement précieux risque hélas d’être fragile.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.