Bouygues a annoncé hier le lancement d’une Box internet à 19,99 par mois. Quelle leçon en tirer ?

L'offensive de Bouygues sur le marché de l'internet fixe
L'offensive de Bouygues sur le marché de l'internet fixe © MaxPPP / Julien Muguet
Une leçon évidente qu’on a toujours du mal à accepter en France : la concurrence, ça fait baisser les prix. Depuis des années, l’opérateur Free avait imposé un modèle à 29,90 euros par mois : téléphone fixe illimité, accès internet, plusieurs dizaines de chaînes de télé, le fameux triple play. Eh bien Bouygues casse les prix. Et en reprenant pratiquement mot pour mot les arguments employés par Free pour faire la même chose dans le téléphone mobile il y a deux ans - le taux de marge des grands acteurs du fixe est très élevé, il faut des offres de rupture, de nouveaux services seront bientôt proposés… Donc non seulement la concurrence fait baisser les prix, mais elle pousse à innover plus vite. On l’avait bien vu dans le mobile : quand Free avait lancé son offensive dans la 3G, les autres opérateurs avaient accéléré la sortie de la génération suivante de services, la 4G, bien plus performante. **Oui, mais la concurrence ça force les entreprises à réduire l’emploi, on l’a bien vu justement dans le mobile…** Vous avez raison, mais raisonnons dans l’autre sens. Si on avait moins de concurrence, les opérateurs de télécoms pourraient employer plus de monde. Ca veut dire mécaniquement que nous paierions nos abonnements beaucoup plus cher. Vous, Patrick, ou André, comme vous êtes généreux, vous seriez enchantés de payer deux fois plus cher pour créer des emplois et payer des dividendes majorés aux actionnaires. Mais la plupart des Français sont très contents de payer moins cher. Vous remarquerez qu’aucun opérateur ne s’est risqué à lancer une offre à cinquante euros par mois en promettant d’embaucher. Il en va de même dans beaucoup d’autres secteurs. Vous tomberiez de votre chaise si les constructeurs automobiles vous demandaient demain de payer votre voiture 30% plus cher au motif qu’ils veulent retourner aux méthodes de production d’il y a vingt ans, avant cette malheureuse concurrence qui les a forcé à devenir beaucoup plus efficaces. **Mais pourtant, la concurrence dans les télécoms a fait baisser le chiffre d’affaires du secteur, à rebours de la croissance que vous ne cessez de réclamer.** La disparition d’un chiffre d’affaire venant d’une rente de situation ne me pose aucun problème même si je comprends qu’elle chagrine ceux qui en profitaient. Certains, d’ailleurs espèrent bien reconstituer la rente en avalant SFR qui est à vendre. En attendant, l’argent que les Français ne dépensent plus dans les télécoms, ils le dépensent ailleurs. Ca fait donc de la croissance, et du pouvoir d’achat. Ca va dans le bon sens. J’aimerais bien que tous ceux qui veulent limiter la concurrence, notre bien-aimé ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg comme certains industriels, aient le courage de dire qu’ils veulent des prix plus élevés et donc moins de pouvoir d’achat. Mais je suis sans doute trop naïf. **► ► ► POUR ALLER + LOIN |** [Bouygues casse ses prix, Free aussi](http://www.franceinter.fr/depeche-bouygues-casse-ses-prix-free-aussi) ## Les liens [Le blog de Jean-Marc Vittori](http://blogs.lesechos.fr/jean-marc-vittori/jean-marc-vittori-r81.html)
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.