Près de 15 millions de Français ont déclaré leurs revenus par Internet cette année. Et c'est pour vous encourageant.

Voici en effet le signe d'une France moderne. Plus surprenant encore: le signe d'un Etat moderne. Quand on critique souvent l'action publique, et j'y viendrai dans une minute, on doit aussi saluer ses réussites.

Et la réussite est ici éclatante: en France, sur Internet, nous pouvons trouver une foule de formulaires, payer amendes et impôts, demander un extrait de casier judiciaire ou prendre un rendez-vous à la préfecture pour faire une carte d'identité. Le site service-public.fr accueille plus de 200 millions de visites par an.

C'est une formidable amélioration de la relation entre l'Etat et les citoyens. C'est aussi des millions d'heures gagnées à ne plus faire la queue dans les bâtiments administratifs.

Mais Internet ne se développe pas seulement en France...

Vous avez raison. Et la France est parfois en retard. Ses PME ne se servent pas assez des technologies de l'information, elles en perdent des clients.

Mais l'Etat est pour une fois en pointe. C'est apparu clairement dans un classement de l'ONU paru à l'automne dernier sur le e-gouvernement, l'administration électronique. La France y est quatrième, ce qui n'arrive pas souvent dans les palmarès mondiaux.

Et sur l'indicateur "Services en ligne", la France est carrément première alors qu'elle ne faisait même pas partie du Top ten il y a dix ans.

Comment s'explique cette performance?

D'abord par une prise de conscience. Ensuite par une volonté politique, à la fois forte et continue.

Et puis la France a une culture d'ingénieurs. L'administration est truffée de fonctionnaires capables de piloter ce genre de projets. Dans le privé, il y a aussi des acteurs solides dans le conseil informatique.

Quand la décision est prise, quand l'argent est débloqué, ça tourne. Même s'il y a parfois de coûteux échecs, comme le fameux Dossier médical personnalisé.

L'Etat bascule donc dans le numérique...

Là, je vais redevenir critique. Oui, l'Etat bascule dans le numérique, mais seulement sur des petits bouts de son activité, comme la relation quotidienne avec les citoyens.

Derrière cette belle façade, distinguée par le classement de l'ONU, le bâtiment n'a pas beaucoup changé. Un peu comme ces gares rajeunies avec un hall moderne baigné de lumière et derrière des installations toujours vieillottes avec un escalier raide pour accéder au quai étroit.

Normalement, le numérique devrait permettre d'aboutir à un Etat beaucoup plus efficace. Car le numérique, c'est des machines qui traitent l'information et la font circuler, et une partie importante de l'action publique consiste justement à traiter des informations et les faire circuler.

Mais il est très difficile de changer l'organisation de l'Etat. Ca bloque de partout - gouvernement, fonctionnaires, syndicats, collectivités locales. La belle réussite de service-public.fr risque d'être une exception et non le début du virage vers un Etat efficace.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.