L’édito éco de Dominique Seux, du quotidien Les Echos. A Washington se tient jusqu’à ce soir un sommet entre les Etats-Unis et la Chine. Barack Obama a déroulé le tapis rouge. Oui, et immédiatement, on a vu ressurgir le concept de ce qu’on appelle la ChinAmérique, les deux pays formant le “ G2 ” à la tête du monde. Déjà, à Londres en avril, les photographes avaient fait de Barack Obama et du numéro un chinois Hu Jintao le couple star. Hier, le drapeau étoilé flottait à Washington à côté du drapeau rouge. Et, surtout, le président américain a eu des mots qui ont dû sonner doux aux oreilles de ses invités. « La relation entre la Chine et les Etats-Unis va définir le 21ème siècle », a-t-il expliqué, ajoutant : « ce sera la relation bilatérale la plus importante au monde ». Pour l’anecdote, son discours écrit indiquait que ce serait « parmi les relations les plus importantes ». Les oreilles des Européens, elles, ont frémi. Au-delà de l’anecdote, un signe ne trompe pas : le nombre de sujets que les deux délégations ont abordé. La stabilité financière et économique mondiale, l’environnement, la prolifération nucléaire. Il y a cinq ans, l’avis de la Chine n’aurait intéressé personne. Ce concept de G2 a-t-il du sens en matière économique ? II est à la fois fondé et un fantasme. Fondé parce que les deux pays sont hors normes tous les deux, l’un par sa richesse, sa technologie et son imperium politique, l’autre par sa taille et sa puissance montante. Fondé en raison des liens économiques entre les deux pays, qui les unissent mais aussi qui font qu’ils se tiennent par la barbichette. Les Etats-Unis sont le premier client de la Chine, mais la Chine est le premier créancier des Etats-Unis, elle détient une part énorme de la dette américaine, plus de 800 milliards de dollars. En gros, Pékin dit à Washington, contrôlez vos déficits et vos dettes, nous ne voulons pas perdre de l’argent parce que le dollar s’affaiblirait. Et Washington dit à Pékin, développez le pouvoir d’achat des chinois pour qu’ils achètent nos produits, ce qui relancera l’économie. Les deux pays se tiennent la main mais leurs mains sont liées. En quoi ce G 2 est-il aussi un fantasme ? Oui. Pour des raisons politiques : les régimes sont tellement différents que la convergence ne peut pas aller très loin. Pour des raisons économiques aussi : la croissance mondiale ne repartira pas parce que la Chine et les Etats-Unis le décideront. Malgré tout, l’Empire du Milieu pèse encore peu dans l’économie mondiale. Même si la Chine a une croissance de 8%, cela ne sauvera pas la croissance mondiale. Le Japon, l’Europe sont infiniment plus importants, l’Inde, le Brésil sont importants. Et cela va rester le cas pour un certain temps. Donc, ce G2 fait une belle image, il est important, mais il faudra encore un peu de temps avant qu’elle se fixe. Encore un mot, Dominique, sur un sujet différent : la baisse du chômage en juin. Une surprise… Oui, pour tout dire, on ne la comprend pas, le gouvernement hier n’en revenait pas, personne n’imagine qu’elle va se reproduire, l’Elysée, Bercy non plus. Mais, comme la consommation qui se tient, c’est un pied de nez ironique aux esprits chagrins, dont celui de votre serviteur, qui font parfois profession de pessimisme !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.