Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais sur les quelques 70 grands hommes et femmes, il n’y a pas ou presque de personnalité dont la vie peut être associée, d’une façon ou d’une autre, à l’économie. En dehors de Jean Monnet et d’un banquier suisse inconnu Jean-Frédéric Perregaux. Pour le reste, vous avez des écrivains, des militaires, des résistants, des scientifiques, des politiques. Mais l’économie, zéro. Ni théoriciens, ni praticiens, ni grands capitaines d’industrie. Alors, pourquoi ? Est-ce parce que l’économie ne mérite pas le Panthéon, que c’est une discipline secondaire, de l’intendance, pas de l’Histoire noble (avec un grand H) dans un pays colbertiste où le Politique (avec un grand P) est tellement valorisé ? Sans doute, même si c’est à mon avis faux. Comme la culture, l’économie contribue au bien-être général et structure nos vies. On dira qu’aucune personnalité économique n’est digne de dormir à côté de Voltaire, Rousseau, Jaurès, Hugo ou Moulin.... Mais je pourrais vous citer 40 grands hommes présents au Panthéon dont la notoriété est faible. En réalité, la réponse est ailleurs. Dans le fait que les grands hommes (et femmes) ou laissent une œuvre mémorables ou se sont révélés grands dans un événement précis - un moment. L’économie, c’est globalement plutôt un travail de fourmi, c’est rarement spectaculaire et les effets des découvertes ou des actions se jugent sur le moyen et long terme. Les victoires ne se voient pas. Mais cela reste étrange quand même. Rebecca (Manzoni) pourrait nous dire aussi qu’il y a des peintres, des écrivains, mais ni musiciens ni chanteurs !

Alors j’imagine que vous avez quelques idées précises de grands hommes pour l’économie.

Qui seront discutées ! J’inviterai Jean-Baptiste Say, industriel et économiste du début du XIXème siècle, qui est le théoricien de l’économie de l’offre : c’est la qualité et la diversité des produits, l’innovation qui vont stimuler la demande et les revenus ; deux siècles après on en débat encore – mais c’est un Français qui en est l’origine. Plus près de nous, on pourrait penser à Alfred Sauvy, à la fois pour ses réflexions sur la population et les politiques familiales et pour sa théorie du déversement, selon laquelle les progrès techniques font que les emplois se déplacent sans cesse d’un secteur d’activité à l’autre. Mais pourquoi pas les réflexions économiques de Pierre Mendès France, viré par De Gaulle en 45 parce que celui-ci refusait la rigueur (il aurait d’autres titres pour y être) ! Ou Jacques Rueff, artisan d’une monnaie plus forte et père du nouveau franc. Et puis tous ceux qui ont construit l’Europe, le marché unique, et qui sont heureusement encore parmi nous ! Et les chefs d’entreprise ? On pourrait penser à François Michelin, la première famille Peugeot, aux fondateurs des grandes banques française ou de la Fnac, bref des grands bâtisseurs. Mais je m’arrête parce que je sens que la boîte mail de France Inter commence à chauffer !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.