Selon Les Echos , le Gouvernement songe à augmenter la CSG pour financer les retraites. est-ce une bonne idée ?

A première vue, c’est assez malin.

Rappelons les données du problème. L’assurance vieillesse, qui verse les pensions de retraites, est en déficit et ça va aller de mal en pis. C’est donc intenable. Il faut une nouvelle réforme. Le président François Hollande l’a annoncé, le gouvernement a lancé les négociations et le tout est suivi de très près par la Commission européenne et les investisseurs qui achètent les emprunts d’Etat.

Comme il n’est apparemment pas question de tout casser pour créer un système plus juste, il n’y a que trois leviers sur lesquels agir, toujours les mêmes : repousser l’âge de la retraite, augmenter les cotisations, baisser les pensions.

La première solution, c’est s’attaquer à une vache sacrée de la gauche qui avait instauré la retraite à 60 ans du temps de François Mitterrand.

L’augmentation des cotisations, elle, accroît le coût du travail et risque donc de faire grimper encore le chômage alors que le gouvernement cherche à faire l’inverse, avec par exemple, le crédit d’impôt compétitivité emploi.

Enfin, la baisse des pensions est politiquement suicidaire.

Augmenter la CSG, c’est faire rentrer plus d’argent dans les caisses sans peser sur le coût du travail. Voilà pourquoi c’est plutôt malin.

Cependant, vous avez quelques réserves à formuler…

Oui, évidemment. Car ça revient tout de même à augmenter encore les prélèvements obligatoires.

Je vous rappelle que la France est déjà championne du monde des cotisations sociales.

Je vous rappelle aussi que la CSG est déjà un impôt très lourd, perçu sur tous les revenus, y compris ceux des smicards ou des chômeurs. Elle collecte moitié plus d'argent que l’impôt sur le revenu. Sa hausse pèserait fatalement sur notre pouvoir d’achat et donc notre consommation.

Ceci dit, le gouvernement rétorquera que c’est un impôt juste puisqu’il frappe aussi le capital - le quart de ses recettes vient de là.

Mais quelles sont les autres solutions ?

L’âge de la retraite d’abord. Quand François Mitterrand avait baissé l’âge de la retraite à 60 ans, l’espérance de vie était de 74 ans. Aujourd’hui elle est de 81 ans. Autrement dit, l’espérance de retraite à 60 ans est passée de 14 à 21 ans, une hausse de moitié. Répétons-le : c’est financièrement intenable à système inchangé.

Les pensions de retraite ensuite. Elles représentent 14% du PIB. C’est le chiffre le plus élevé au monde derrière l’Italie, alors que la France est loin d’être le pays le plus vieux. Il doit y avoir moyen de faire quelque chose.

Et pour finir, l'autre information du week-end, elle concerne la pub...

Oui ! La CSG c’est l’info du jour mais l’info d’hier était l’annonce du mariage entre le français Publicis et l’américain Omnicom.

Le nouveau couple ira s’installer aux Pays-Bas. Les dirigeants seront français au départ mais passeront vite la main.

Autrement dit, la France risque de perdre l’une de ses grandes entreprises, l’une de ses belles histoires aussi. J’entends souvent dire dans ce beau pays que les grandes entreprises sont nuisibles. J’aimerais qu’on m’explique en quoi l’évaporation de l’une d’entre elles serait une bonne nouvelle, par exemple pour l’emploi.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.