Cela a l’air bizarre de dire çà quand on regarde la situation de l’Europe, à la traîne, et de la France, avec des millions de personnes qui attendent un rendez-vous. Mais c’est vrai, avec un peu de recul, la vaccination avance vite si on élargit l’horizon à l’ensemble du monde.

Malgré les apparences, la vaccination avance vite
Malgré les apparences, la vaccination avance vite © Getty / Morsa Images

Juste avant le week-end, le cap des 500 millions de vaccinations a été franchi, et l’on en est ce matin à 535 millions – selon le décompte quotidien de Bloomberg. 

Donc, en deux mois seulement, on est passé de 100 à plus d’un demi-milliard de doses et l’accélération va continuer parce que la cadence monte partout dans les usines sur toute la planète. 

Si le nombre de doses ne dit pas exactement le nombre de personnes vaccinées quand deux doses sont nécessaires, un calcul de coin de table permet d’estimer que fin avril-début mai, le cap du milliard de personnes vaccinées sur la planète pourrait être dépassé. 

Dans le détail, ce matin, les Etats-Unis affichent 143 millions de vaccinations, devant la Chine (91 millions), l’Union européenne (68 millions), l’Inde (60 millions) et le Royaume-Uni (34 millions). 

Qu’en conclure ? 

1 -Compte-tenu des populations respectives, ce sont les pays les plus riches qui vont le plus vite pour vacciner leur population, mais les grands pays émergents comme la Chine et l’Inde avancent aussi – avec leurs propres laboratoires pharmaceutiques. 

2 – Les pays plus pauvres sont clairement plus en difficulté, et la question de mettre dans le domaine public la « recette » du vaccin se posera un jour ou l’autre, mais cela ne changerait strictement rien avant un long bout de temps compte tenu des délais de mise en route des procédés très complexes de fabrication industrielle : pour élaborer certains vaccins, 200 composants sont nécessaires. 

Mais le monde aura-t-il assez de doses de vaccin ?

Publiée il y a quelques jours, une analyse de l’Université de Durham, en Caroline du Nord, estime que oui : avec tout ce qui est dans les tuyaux, la planète disposerait de 12 milliards de doses d’ici décembre – dont 2 à 3 milliards en Europe. Evidemment, cela ne tient pas compte de difficultés techniques éventuelles. 

Mais au total, sauf si les vaccins ne fonctionnaient plus contre de nouveaux variants, on peut être raisonnablement optimiste à moyen terme sur les vaccins. 

Mais au total aussi, à court terme, on voit bien hélas que l’Europe et la France ne vaccinent pas assez vite pour éviter un nouveau tour de vis sur le confinement.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter