L’Europe reste un grand continent de production automobile...

Oui, ce sont des données compilées par un cabinet spécialisé pour Les Echos et qui sont je crois intéressantes. Cette année, les usines européennes vont battre un record de production de voitures et d’utilitaires. Plus de vingt millions de véhicules sortiront en 2016 des usines du Vieux continent et, marginalement, de Turquie. Le précédent record datait de 2007. Ce niveau de production est le résultat à la fois du retour des acheteurs européens et d’exportations. Une voiture sur cinq fabriquée et assemblée en Europe est exportée. Le sens de tout cela, c’est que la voiture n’est pas morte. On disait parfois, après la crise financière de 2008, que plus personne n’achetait de voiture, que c’était fini, que le partage, le covoiturage, allaient tourner la page d’un siècle automobile. Peut-être, on verra, mais pour l’instant, les statistiques ne le disent pas vraiment.

Mais… il y a un mais : il y a une nouvelle géographie de l’automobile.

Exactement. Depuis dix ans, ce sont les pays de l’Est qui ont raflé les nouveaux investissements automobiles, parce que les usines sont neuves, parce que les salaires sont plus bas qu’à l’Ouest, parce que les infrastructures sont bonnes. La République tchèque va produire cette année 1,3 million de voitures -+ 63% en dix ans-, et la Hongrie, la Roumanie, la Slovaquie etc. affichent les mêmes évolutions. L’Europe de l’Est représente entre une voiture sur trois et une voiture sur quatre produites. Mais attention, sur dix ans, l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni ont musclé la production auto sur leur sol.

Et la France ?

Là c’est moins bon. Les usines françaises sortiront cette année un peu plus de deux millions de véhicules, c’était presque trois millions il y a dix ans. Par comparaison, l’Allemagne, c’est six millions … Peugeot et Renault ont beaucoup délocalisé pour fabriquer leurs petits véhicules moins chers, ceux autour de 10.000 euros. Impossible de les fabriquer en France, ce serait trop onéreux. Renault a des usines en Slovaquie, en Roumanie, en Slovénie. Mais le sens de l'histoire n'est pas écrit définitivement. Un : les accords sociaux conclus chez PSA et Renault ces derniers mois se sont traduits par des embauches. Et deux : peut-être qu’un jour prochain la robotisation permettra de rapatrier des usines. Voilà comment le progrès technique peut aider l’emploi.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.