La France a perdu sa première place mondiale pour la production de vins. Est-ce que c’est grave ?

Non, je vous rassure : cela n’est pas grave du tout. D’abord l’information. Cette année, la production mondiale de vin a augmenté de 2% et l’Italie arrive en première place, devant la France, dont le cru devrait tourner autour de 47 millions d’hectolitres. Après vous avez l’Espagne, les Etats-Unis, l’Argentine, le Chili, l’Australie, l’Afrique du Sud et la Chine – même dans le vin, elle est dans le top 10 ! En réalité, la France et l’Italie sont toujours à touche-touche. Pourquoi est-ce que cela n’est pas grave de perdre la couronne ? Parce que ce qui compte, ce n’est pas le volume, mais la valeur. Et la valeur, dans le vin, se juge au prix de vente, à la qualité et -de plus en plus- au respect de l’environnement. Là, la France reste en tête, puisque la balance commerciale vins et spiritueux est excédentaire d’environ 10 milliards d’euros, avec le trio gagnant : Bordeaux, cognac, Champagne. Donc, ce qui compte, c’est bien la valeur, pas le volume. Et heureusement parce qu’il y a 15 ans, la France avait une production 30% supérieure à celle d’aujourd’hui.

Et c’est vrai pour toute l’économie…

Oui. Dans un monde où la puissance économique est de plus en plus liée au nombre de bras et de cerveaux, c'est la valeur ajoutée qui permet à un pays comme le nôtre de faire la différence, pas la production de masse de moyenne qualité. Après tout, la Chine n'apporte au monde pour l'instant aucun champion incontestable. Dans ce domaine, le rapport Gallois l'avait magistralement confirmé en 2012, la France paraît mal placée. Trop de produits de moyenne qualité et d'innovation, et donc la contrainte de se battre sur les prix, et donc sur les coûts. Or on sait que nos coûts sont élevés. L'Allemagne, avec ses auto et ses machines outils qui font rêver le monde entier est citée en exemple. Tout cela est vrai mais l'exemple du vin et de nos autres champions prouve que rien n'est perdu. Vous connaissez les GAFA américains (Google, Apple, Facebook et Amazon), nous nous avons nos VALA, Vin, Aéronautique, Luxe, Auto, recordmen de l'exportation et de la qualité. En fait, tout est possible et je prends le pari qu'un jour nos ingénieurs grimperont sur le podium y compris en hightech, comme c’est déjà le cas avec Ubisoft dans les jeux vidéo.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.