L’industrie française des séries télé se bat pour consolider son espace face aux géants américains. Canal+ augmente ses budgets et des séries devenues cultes comme le Bureau des légendes font de même.

"Le Bureau des légendes" la série française
"Le Bureau des légendes" la série française © Top - The Oligarchs Prod / Federation Entertainement / Xavier Lahache / Canal+

C’est une bataille difficile parce que le rouleau-compresseur américain n’en finit pas de rouler et de séduire. Netflix, dont le nombre d’abonnés a dépassé celui de Canal+, mais aussi Amazon Prime Video et demain Disney+ et HBO Max ne diffusent ou ne vont pas seulement diffuser des productions américaines, ces plates-formes s’implantent localement, en produisant ici. 

Où en sont les Français avec les séries ?

Cette semaine, Canal+ a annoncé passer à dix créations de séries originales par an, contre six jusqu’à présent, avec un budget qui passe de 60 à 90 millions d’euros. C’est encourageant. On a appris aussi, dans Les Echos, que le budget d’une série devenue culte, le Bureau des Légendes, grimpe à 22 millions d’euros pour la cinquième saison actuellement en tournage qui sera diffusée en 2020, contre 15 millions pour la première saison. Le Bureau des Légendes, c’est la série addictive créée par Eric Rochant qui plonge dans les services secrets français, un vrai succès avec des adaptations en discussions aux Etats-Unis, en Corée et au Royaume-Uni. 

En réalité, depuis 2015, les Français cartonnent, avec des séries comme Dix pour cent, Engrenages (une nouvelle saison est en tournage aussi), Braquo, Baron noir, Les revenants etc. Jusqu’à cette date, ce n'était pas le vide mais la montée en puissance et la reconnaissance ont pris du temps alors même que le cinéma et l’animation française sont reconnus partout. 

Pourquoi un vide dans les séries avant 2015 ? 

D’abord parce que, longtemps, ce qui a dominé en France c’est la culture des téléfilms, aux héros positifs, genre Navarro ou Louis La Brocante (un téléfilm c'est une histoire par épisode) plutôt que des séries, notamment chez TF1. Ensuite, dans les années 2000, les diffuseurs ont acheté très massivement à l’étranger, par exemple Les Experts et Urgences. Enfin, le plus évident, c’est la taille forcément restreinte du marché hexagonal en langue française. En 2018, il y a eu le tournage de... 500 séries aux Etats-Unis, dont des énormes machines comme GOT, Game of Thrones d'origine britannique), contre une … quinzaine ici, en France. Et aux Etats-Unis, les diffuseurs les plus importants sont désormais les plateformes. C'est un fossé ? Non, c'est un abysse. Mais ce qui est nouveau est que le public français s’attache à des séries françaises de qualité. 

Mais pourquoi donc sommes-nous accros aux séries ? 

C’est devenu un art majeur au même titre que le cinéma, et non plus un art mineur. Les scénaristes sont brillants, les castings font appel à de bons acteurs, les décors, la technique l’image, tout est précis et de bonne qualité. Au-delà, dans notre psychisme, c’est un phénomène d’addiction, de dépendance, de drogue raisonnable bon qui n’est pas neuf - après tout, les feuilletons de Balzac et Dumas c’était déjà ça - mais qui correspond aussi au toujours plus, toujours plus vite de l’époque. Pour le meilleur et pour le moins bien. Mais là, je quitte l’économie.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.