Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, a donc présenté hier le projet de budget de la sécurité sociale pour 2015.

Oui, et ce qui est intéressant au-delà du niveau du déficit de la Sécu, c’est le choix du gouvernement, cette fois, de « montrer », de rendre visibles quelques économies. Et dans ce cas précis, il s’agit de mesures concernant les familles. Les années précédentes, il avait choisi de réaliser des économies passe-muraille – si vous passez l’expression. Elles étaient sans doute là, elles étaient accompagnées de chiffres, mais aucun Français ne les voyait nettement. On nous annonçait des baisses de prix des médicaments, une progression des génériques, un regroupement des achats des hôpitaux, une modification du calendrier d’indexation des pensions (ça, on voit un peu mieux) ... Bref, pas du vraiment parlant. Cette année, changement de décor. La prime de naissance divisée par trois, le congé parental plus court pour les femmes, c’est du « lourd » - cela fait d’ailleurs les gros titres. Que s’est-il passé ? Il s’est passé que le gouvernement s’est converti à la théorie du scalp ! On n’a plus honte de faire des économies, on les brandit. Pendant trois ans, les économies devaient être discrètes, ne pas se voir, pour ne pas désespérer la gauche – à l’inverse des hausses d’impôt qui devaient se voir si elles touchaient des publics aisés censés être de droite (le quotient familial par exemple). Mais maintenant, le gouvernement veut que cela se voit parce que c’est le seul moyen pour lui que Bruxelles et nos partenaires européens dans l’euro acceptent de nous donner des délais supplémentaires sur les déficits. Il faut montrer du concret ! Et donc, plus cela râlera, plus le gouvernement dira : c’est du lourd et il sera content. De l’auto-masochisme ? Oui, sauf que les économies dont on parle sont assez légères – et c’est cela la ruse.

Voilà pour la Sécu... on verra demain ce qu’il en sera pour l’Etat...

Si on suit la même logique, on est amené à se poser la même question : y aura-t-il un scalp et – si oui – où va t –il tomber ? Sur les fameux vint-et-un milliards d’euros d’économies promis pour 2015, l’Etat doit en réaliser plus de huit. Où cela ? Des scalps, il y en a eu un ces dernières années, c’est le gel du point d’indice de la fonction publique – significatif mais pas tant que cela parce que les salaires continuent de progresser à cause de l’ancienneté, des promotions, et de diverses pour tel ou tel métier. Mais pour le reste ? Nicolas Sarkozy avait, lui, choisi un scalp extraordinairement visible : la baisse du nombre d’agents publics de l’Etat – moins 150.000 ou à peu près. Quels signaux concrets, François Hollande a-t-il, lui, choisi pour montrer que l’Etat se serra la ceinture comme les Français et les contribuables se serrent la ceinture ? Eh bien, on le saura demain. Peut-être ...

Les liens

Le blog de Dominique Seux

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.