Aujourd’hui, des millions de Français vont découvrir leur nouveau taux de prélèvement pour l’impôt sur le revenu. Cette réforme s'avère bien utile dans une année aussi chaotique que 2020.

Le prélèvement à la source, ça marche, selon Dominique Seux
Le prélèvement à la source, ça marche, selon Dominique Seux © AFP / Lilian Cazabet / Hans Lucas

Les salariés le découvriront sur leur feuille de paie de septembre, c’est le taux que le fisc va désormais nous appliquer pour les revenus 2019 que nous avons déclarés au printemps dernier. Voilà le principe. 

Mais voilà aussi, avec une crise telle que nous la connaissons en ce moment, les revenus 2020 peuvent évidemment faire du yo-yo. Eh bien, c’est l’occasion de saluer la réforme entrée en vigueur il y a maintenant un an et demi, et très critiquée à l’époque : le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. 

C’est François Hollande qui l’avait lancée, c’est Gérald Darmanin qui l’a mise en œuvre avec toute l’administration de Bercy. Elle fonctionne sans anicroche et permet d’ajuster facilement et en temps réel l’impôt aux revenus réels. Dieu sait ce qu’on avait entendu. Il allait y avoir un gigantesque bug informatique. Les entreprises ne supporteraient de faire ce travail de prélèvement. Elles espionneraient ce que gagnent leurs salariés. La consommation allait s’écrouler à cause de l’impression que nos revenus ont plongé. 

Rien de tout cela n’est arrivé. Sauf scandale caché et énorme que l’on ignore, sauf cafouillages discrets, cela se passe bien pour les 25 millions de contribuables qui voient chaque mois une part de leur revenu prélevée directement. 

Qu’en conclure ? Pas grand-chose. Sauf qu’il faut de la constance pour mener une réforme. Sauf que l’habitude de regarder le verre à moitié vide quand des réformes même techniques sont lancées, puis de passer à autre chose, que cette habitude est problématique – mais disons-le c’est humain et c’est aussi une habitude journalistique, une habitude d’ailleurs pas toujours infondée.

Comment évolue l’impôt sur le revenu ?

Surprise. Avec plus de 70 milliards d’euros qui rentrent dans les caisses, l’Etat encaissera davantage cette année qu’en 2019, et davantage en 2021 que cette année. Comment est-ce possible avec une économie à l’arrêt pendant quelques mois et au ralenti depuis ? C’est simple : les revenus, avec le chômage partiel, avec les salaires des fonctionnaires qui n’ont pas bougé d’un iota, les revenus ont peu baissé. 

Mais comment concilier ce constat avec l'inquiétante enquête du Secours populaire dont France Inter parle ce matin ? C'est simple aussi : des indépendants, des commerçants, des intérimaires des saisonniers qui ne payaient de toutes façons pas d'impôt sur la retenue, se retrouvent, eux, en difficulté - retenue à la source ou pas.

L'équipe
  • Dominique SeuxDirecteur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.